Dakhla

Tour du monde Extrême sud du Maroc More »

Tour du monde la route du Grand Sud

La traversée du désert et les galères de la route More »

Tour du monde La Liberté

Sud du Maroc entre Merzougha et Zagora More »

New York U S A

Partir à new York avec les conseils de News-roads More »

 

Sénégal Mai 2013

Share Button

Sénégal Mai 2013

Mardi 21 Mai 2013

Charly au CVD

Certains et certaines d’entre vous attendaient ce moment impatiemment !!!!
– Eh bien voilà on est reparti ….

Arrivée à Dakar dimanche 19 à l’heure à l’aéroport Léopold Sédar Singhor – Un taxi et direct le CVD, impatient de voir notre Charly !

Le vol et les transferts, tout c’est bien passé, on flippait un peu pour le poids des bagages mais l’avion était presque vide.

Tom aussi notre pot Hollandais était présent avec son super Mercedes Unimog, rebaptisé depuis peu par Sonia « MÉGATRON ».

Nous étions à nouveau réunis au Sénégal après notre rencontre fin janvier dans le No man’s land entre le Maroc et la Mauritanie (voir les étapes précédentes…)

Il faisait super bon, 27 ° à 22 h avec une Gazelle bien fraîche (c’est la bière locale pour ceux qui ne sont pas au jus !).

Charly est vraiment très sale et heureusement que nous l’avions bâché parce que les parties non protégées sont noires.
Gros travail de nettoyage en perspective, mais à l’intérieur tout est Nikel.

Demain il fera plus clair.

Une bonne nuit dans Charly avec le ventilo à fond et demain tout ira bien. D’autant que le lundi 20 c’est pentecôte et tout est fermé.

Le pays est à 90 % musulman mais ils sont preneurs de toutes les fêtes religieuses pour les jours fériés.

Donc le lundi, ma doudou c’est occupée de l’intérieur et de ranger les fringues, moi j’ai fait le check du camion plus nettoyage et test de la douche solaire, et ça marche trop fort, il faut même rajouté de l’eau froide quand vous la laissez trop longtemps au soleil.

Repas de midi au CVD qui a changé pendant notre absence.

En effet l’espace a été quelque peu réaménagé et l’association collabore avec un cuisinier Français à la retraite, qui a

La sieste

embauché 3 personnes et ouvert un restaurant sur place. Ils se sont installés dans l’ancienne cuisine commune où nous n’avons plus accès malheureusement, et ont investi l’espace où on lavait les voiles avec quelques tables.

Ils fonctionnent midi et soir mais proposent de la cuisine française.
Nous l’avons testé, c’est bon, la prise de commande de l’ancienne serveuse du bar est assez folklo, mais très sympa.

Il vous en coûtera

1500 F cfa pour l’entrée – 3000 à 4000 F cfa le Plat – 1500 F cfa le désert

Vous pouvez manger pour 10 € mais pour nous ce prix là au Sénégal tous les jours pour les 2, on va crever le budget donc on va continuer à manger chez Aïda qu’on vous représentera.
Plus nos préparations et tout sera top !!!

D’ailleurs le soir c’est lentilles plus brochettes avec un peu de charcuterie qu’on a ramené de Paris et nous sommes ravis de diner en compagnie de Papa Tom, il fait super bon comme la veille et on prépare le journée de mardi qui promet d’être hard car nous devons aller à la douane pour prolonger la durée du carnet de passage en douane afin de ne pas avoir de problèmes pour circuler au Sénégal.

Sonia quant à elle a commencé à parler photo avec Gégé un pilier du CVD ancien photographe et qui va l’aider sur sa formation car elle s’est inscrite à une formation en ligne pour devenir photographe pro, et un peu d’aide la motive plus c’est génial.

Mardi debout 8 h

Sonia reste au lit jusqu’à notre départ pour la douane avec Tom, lui aussi a un problème à régler.

Elle fait la tête, a mal dormi, et ne supporte pas le traitement contre le paludisme.

Tient des des pieds

Le sien est quotidien tandis que pour moi j’ai du lariam, c’est plus fort mais c’est qu’une fois par semaine j’ai commencé hier je dois y penser lundi prochain, merci de me le rappeler !!! …..

Ha ! Ha ! Ha !

Lol ! Comme on dit maintenant Sonia a retrouvé Fatou une Sénégalaise qui s’occupe du ménage et du linge au CVD, elles sont très copines et ont pleins d’histoires de nanas à se raconter.

D’ailleurs aujourd’hui le CVD se réveille et tous les employés qui ne bossaient pas hier arrive petit à petit et nous font un excellent accueil.

Au fait hier nous avons déjà revu un couple de navigateurs de La Rochelle et fait la connaissance de Gigi et Clara qui ont un restaurant à côté du Cap skirring et que nous comptons revoir quand nous descendrons vers le sud. Ils sont repartis aujourd’hui à bientôt et bonne route à eux.
Je vais essayer maintenant de la faire courte avec la douane.

Nous sommes donc partis avec Tom à 9h30 direction la place de l’indépendance où se trouve un bureau de douane qui est censé nous satisfaire.

Mais arrivés sur la place un pseudo guide nous accoste et nous accompagne vers le bureau des douanes.

Mais sur place, surprise ils ne s’occupent pas de ça ici, dans ce bureau ils ne font que ce qu’ils appellent un pass avant. Pour le reste (carnets ATA, ou de passage en douane) c’est à la douane de Bel Air mais attention au bureau pas à la brigade !!!!

Aille Aille Aille !

Donc un second gars se présente et nous propose de nous conduire et nous faciliter les démarches.

On sent l’arnaque mais comme on ne sait pas du tout où ça se trouve on dit OK !
Et nous voilà parti en taxi avec nos 2 guides, dans un bureau de douane qui se trouve Bd Felix Eboué pas loin du CVD.

Donc il faudra repartir chercher la moto, pas grave avec les Sénégalais les courses que vous payez 3000 F cfa coutent entre eux 1000 F cfa.

Un tour en moto avec Tom

On a donc les moyens de revenir chercher la moto.
On arrive donc à la douane en écoutant les salamaleks de notre « Homme » spécialiste des transactions avec la douane.

Il a d’énormes relations.

Avec une gazelle bien sur

Un premier bureau au rez de chaussée à l’accueil assez froid.

On nous demande d’attendre mais notre Sherlok Holmes au bout d’un quart d’heure décide d’activer les transactions. Et nous emmène au premier.

Deuxième bureau, détendu, bordélique, mais nous avons le premier papier de la matinée qui nous guidera dans 5 autres bureaux, pour des paraphes de pacotilles, et revenir au final au rez de chaussée où nous étions arrivé au début.

Pour moi le problème se règle, mais pour Tom il faudra revenir après midi ils veulent voir le camion.
Nous sortons de là à midi avec un RDV pour 15 h. Mais entre temps il faut récupérer la moto place de l’indépendance et rentrer déjeuner au CVD où Sonia nous attend.
Avant nos guides, nous collent aux basques et rentrent avec nous en taxi.
Ils ont du mal à nous demander de l’argent alors ils tournent autour du pot très maladroitement.
Avec Tom on est mort de rire et faisons semblant de pas comprendre.

Mais le chef se lance :

« – Je suis intervenu pour vous sur trois dossiers énormes et cela mérite une contribution !!! »

Nous « – Ok ! – Mais combien ? »

Lui « – Je ne sais pas combien donneriez vous »

Nous « – on ne sais pas du tout on n’a jamais été confronté à ce problème !!! »

Lui « – Disons 25 000 par dossier »

Nous « – Pardon ! le salaire moyen est de 65000 pour un mois et toi tu veux 75000 pour une matinée ou tu as juste fais le

Un tour avec Mégatron

facteur, tu nous aurais donné l’adresse, c’était la même. »

Donc après discussion avec Tom qui est souvent large nous leur avons laissé 20000 en tout pour les 2.

Mais qu’elle aventure.

L’après midi par contre tout c’est très bien passé. Ils ont été très impressionnés par l’Unimog, Mégatron de notre cher Hollandais et l’un d’eux à un campement à Foundioune que nous allons visiter et mettre sur le guide.

IL veut devenir membre de News-roads ça peut toujours servir de connaître un douanier à Dakar pour nos amis routards du guide News-roads .

Voilà le récit de nos deux premiers jours, ce soir on essaye de mettre tout ça en ligne avec les premières photos. On vous embrasse A bientôt
Un petit coucou en vidéo cliquez sur la photo

 


Jeudi 23 mai 2013

Avec Alain et Nico aux Almadies

Hier matin surprise ! alors que je buvais mon café avec Tom j’entends Sonia qui m’appelle fort alors que je la croyais endormie.

En fait le téléphone l’a réveillée, et elle me le tend en disant c’est pour toi.

C’est Nicolas et Alain, l’un contre qui j’ai joué au rugby il y a 30 ans et l’autre est le propriétaire du campement des Niayes à M’boro, (si vous parcourez l’étape du Sénégal précédente vous verrez comment nous les avons connus).

Nicolas m’annonce qu’ils sont là dans 5 mn et après on mange ensemble.

Ni une ni deux OK !

Ils arrivent au CVD il est 10h15 et à la demie nous voilà déjà au bar en train de siroter un bière. ( Ça promet pour la journée !!!)

C’est génial qui soient là, nous ne devions les voir que la semaine prochaine.

Ils ont quelques courses à faire et ils repassent nous chercher, pour nous faire gouter des fruits de mer à l’autre bout de Dakar à la pointe des Almadies en face de l’île de N’gor.
Cette partie de Dakar abrite de grands complexes hôteliers et de ambassade. Il y avait le Club med mais il a fermé. Les plages sont plus propres et plus agréables que sur la partie sud de la presqu’île.

Oursins

A la pointe juste après l’Ambassade des USA on gare la voiture et on descend en traversant plusieurs dizaines de camelots et petits restaus qui servent tous des fruits de mer.

C’est endroit est un mélange sympa de coin touristique où l’on retrouve encore une authenticité et spécificité Sénégalaise.

Tom est avec nous et comme nous est charmé par l’atmosphère de l’endroit.

On s’installe au plus prêt de l’eau et il se trouve que c’est le plus ancien établissement, le moins cher et ils ont des bassins d’élevages de coquillages qui revendent aux autres restaurateurs ou ambulants.

D’autres entre les étals ou les tables s’installent pour vendre leur pêche et des mamas vous font cuire des oursins ou

Coquillages

coquillages achetés aux gamins pêcheurs.

Ici c’est plein de vie et tout fonctionne dans un désordre indescriptible mais « joli » comme dirait Tom avec son accent.

Nous nous sommes gavés d’huîtres, oursins, praires, coques, gambas, chapeaux chinois et j’en oublie.

Pour un prix dérisoire nous avons fait un festin le restau s’appelle :

« LES HUITRES DE SOKONE »

Gambas et brochettes de coquillages

Je laisse un lien ICI sur google maps pour les amateurs qui comptent aller au Sénégal.

Nous sommes rentrés en taxi et avons laissé chez un ami à eux qui tient un gros établissement branché « Chez Katia »

Ils n’avaient pas l’intention de rentrer de suite sur M’boro, et nous avions assez bu et mangé pour la journée.

La soirée a été plus calme au CVD et avons discuté très tard.

Aujourd’hui nous avions du pain sur la planche.
Je devais démonter le frigo qui ne fonctionne plus sur le gaz alors qu’il marche bien à l’électricité, on a rdv à 11h avec un gars qui connaît le sujet.

Il faut laver les bâches qui protégeaient Charly, et le laver aussi par la même occasion.

Tom travaille sur son camion, Sonia après jogging matinal doit faire ses devoirs (hi ! hi ! hi !)

La note est prête au secrétariat, on la réglera demain puisque avant de partir sur la réserve de Bandia, je dois passer à l’assurance et retirer « des pesetas ».

Je voulais le faire aujourd’hui comme un raccord de résine sur Charly mais on n’a pas eu le temps parce que j’ai passé un grand moment à discuter avec un des « voileux » du CVD, en lui faisant découvrir le biogaz.

Ce soir après un repas préparé par Gilles tout le monde est naze et c’est la première fois que l’on se couche aussi tôt.

Moules

Je termine en vous embrassant à tous il est 23h38

A+

 


Samedi 25 Mai 2013

Nous sommes à nouveau dans la réserve de Bandia où nous étions venus voilà 3 mois nous allons y rester jusqu’à lundi midi.

Tom voulais découvrir le site et nous devons voir avec la direction pour peut être collaborer.

Mais quelques mots sur la journée d’hier, avec une grosse surprise mais je vous en parlerez Mardi ou mercredi prochain, parce que l’on doit d’abord vérifier quelque chose.
Donc rdv à mardi pour ça

Le restaurant

Pour la journée d’hier, Sonia est partie courir de bonne heure car à 9h30 elle avait rdv avec Aïda la cuisinière de la gargote en face du CVD. Elle a pris des

photos mais elle a surtout observé comment on préparait le « tiboudienne », sauce gombos, lotte et poulet.

L’expérience a été superbe et est à renouveler. Bientôt les recettes, les photos et vidéos de sa matinée.

Pendant ce temps Tom et moi sommes allés au centre ville pour chercher de l’argent, et pour assurer Charly.

J’ai pris une assurance de 2 mois valable pour les pays d’Afrique de l’ouest, pour 55 €, renouvelable, donc si dans les 2 prochains mois on veut aller en Casamance et en Gambie, nous n’aurons pas à prendre d’autres assurances.

Puis il y a eu la surprise dont je vous parlerais + tard, et nous sommes rentré pour déjeuner ce que nous avait cuisiné ma doudou.

On s’est régalé.

Vers 15 heures après avoir acheté une bouteille de gaz nous avons pris la route en suivant l’Unimog, Mégatron de Tom.

Arrivés vers 17H, le directeur Christian était là et nous a reçu, rapidement, il est tjrs très pressé et il devait trouver dans la réserve une jeune antilope pour l’abattre car elle était blessée après s’être battue.

Nous n’avons pas participé à la chasse et nous nous sommes baladé à l’entrée du parc pour observer les tortues centenaires,

Aïda la gargote face au CVD

sympa surtout quand une au
Vers 20 h Camara le taxidermiste de la réserve nous a appelé et nous sommes allés voir découper la bête et les premiers traitements de la peau.

Tom aurait bien voulu l’acheter mais avant quelque soit terminée, il faut un mois, je pense que s’il en veut une il en choisira une autre parmi celles déjà prêtes.

De sacrées condition de travail

 

 

 

Le soir nous avons diné vers 22 h dans l’ambiance de la brousse, avec ses bruits, ses silences et la fraîcheur de la nuit. Bien agréable car la journée nous avons très chaud.

Regardez la vidéo pour rire un peu

Avec Tom

Aujourd’hui le réveil était génial, quand vous dormez ici vous avez l’impression d’être dans un film, tout est magique et beau, avec ces centaines de « singes

verts» (qui sont de la même race que les ouistitis), ces oiseaux superbes, le petit déj fût très agréable, enfin beaucoup plus que le reste, car avec Tom nous avons démonté mon groupe électrogène qui est neuf et n’a fonctionné que 3 fois et qui maintenant ne veut plus rien savoir.

On a fini à 13 h sous le soleil, trempé de sueur et sale, pour aucun résultat.

Je vais voir si Raoul le spécialiste de la réserve peut me faire quelque chose sinon j’ai les boules.

Après une douche bien méritée nous avons déjeuné de l’antilope au restau de la réserve, c’est très très bon.

Les chargements sont toujours importants

Maintenant nous sommes à l’ombre au bord de l’immense marre au croco, d’où l’on vous écrit.

Voila pour les péripéties des 2 derniers jours, nous reprendrons le fil du récit Lundi soir car la connexion ici n’est pas top.

Bisous à tous et bon WE

 


Dimanche 26 Mai 2013

Notre campement

Hello, ce matin nous avons fait un peu la « grasse mat », jusqu’à 9h30 car il n’a pas fait trop chaud cette nuit, c’était agréable.

Puis nous avons pris Charly, pour aller sur Saly la grande station balnéaire du Sénégal, rejoindre Sally une amie parisienne que les adhérents du Club med gym Italie connaissent bien.

Il n’y a plus de touristes, la saison haute (de Décembre à Mai au Sénégal) vient de se terminer.

La ville est une annexe Européenne, où les grands groupes touristiques sont présents.

Grâce à Sally nous avons quand même trouvé un petit restau local où l’on s’est tapé une bonne daurade grillée pour 5 €.

Puis nous avons pris la route de la réserve pour assister aux environs de 16h30 au gouter des crocos.

C’est impressionnant de voir ces monstres se délecter avec de gros morceaux de barbaque.

Regardez la vidéo ou bien allez voir sur notre chaine You tube en tapant Olivier Acedo.

Avec Salie à Saly

La nuit tombe, le calme et les bruits de la savane nous enveloppent.

On se croirait dans un film, vous connaissez « Out of Africa », c’est un peu la même.

Demain on reste sur la réserve jusqu’en début d’aprem puis direction Dakar pour 2 jours.

Maintenant on va se restaurer, les animaux vont dormir, à bientôt, bisous à tous.

LE REPAS DES CROCOS EN VIDEO ICI

LES ANIMAUX DE LA RÉSERVE ICI


Mardi 28 mai 2013

Il est 8H30 il fait super bon et la réserve est réveillée depuis bien longtemps.

Les singes se sont chargés du réveil matin. Ils ont commencé à sauter sur les camions très tôt certains sont allés jusqu’à passer le bout du nez par le lanterneau (toit ouvrant) pour voir ce qui se passait à l’intérieur, c’est trop marrant.

Sonia est parti courir vers 7h30 et je suis resté avec Tom à discuter de la réserve et de son directeur, Christian, qui est

Un tisserand

vraiment quelqu’un d’exceptionnel.

Il a bâti cette réserve en 20 ans de ses mains.

Il fait tout et sait tout faire.

Des oeufs d’autruche qui vont servir pour la déco

De la construction du restaurant, fait uniquement avec des matériaux trouvés sur place assemblés par des techniques européennes pour les charpentes jointées

avec des cordages, par exemple, jusqu’à la sélection des animaux pour la réserve.

C’est un passionné qui ne peut rester sans rien faire.
Bravo Christian.

Hier Lundi, nous avons accompagné Tom, et avons donc visité la réserve pour la deuxième fois.

Nous allons vous mettre les photos en ligne rapidement, mais comme au mois de février nous avons été émerveillé par ce

Croco

que nous avons vu.

Puis nous avons déjeuné au restau de la réserve, Sonia a mangé un hamburger de Koba ou antilope cheval, et elle s’est régalée.

Le matin au petit déjeuner les singes lui avaient volé une banane et un pamplemousse. Le bougre était trop mignon on ne voyait plus son visage derrière le fruit.
Et il ne restait que la peau de la banane sous la table.

Dans l’après midi nous avons également rencontré les propriétaires Sénégalais d’une ferme bio voisine de la réserve, qui font également du biogaz.

Ces salopards ont piqué les pamplemousses du petit déj

Et il se régale

Un hamburger de Koudou

Nous avons échangé nos adresses et passerons les visiter dans 3 semaines au retour du nord, nous testerons également avec eux la « lluvia solida ».

Nous avons également fait la connaissance de Djbril un guide que vous pouvez contacter, si vous voulez visitez une partie du Sénégal voilà son site : http://djibril0.skyrock.com
Contactez le de la part de News-roads évidemment.

Dans la soirée nous avons pas mal bossé sur le site et les photos, parce qu’il faut les trier tous les jours et quand Sonia vous en fait plus de 1000 comme hier (record battu !!! …) on y passe pas mal de temps.

Christian est passé discuter un moment avec nous, et nous avons « skypé » avec la France.

Pour ceux qui suivent, je n’ai pas oublié de prendre mon lariam pour le « palu » et je vais revenir sur la surprise de vendredi.

En fait en sortant de l’assurance à Dakar, je me suis fait arnaqué. Je voulais attendre hier soir pour vérifier si c’était bien une entourloupe.

Je vais vous compter la chose :

Tom marchait devant moi, et un gars me croise, avec un grand sourire, et me dis :

« – Ça alors bonjour Olivier ! Tu ne me reconnais pas ?

– Non !
– Je suis le douanier
– Quel douanier ?
– A l’aéroport c’est moi qui vous ai tamponné votre passeport, c’est incroyable cette coïncidence !

Je ne me rappelais pas du tout et d’habitude je suis physionomiste et je me souviens des personnes avec qui je parle.

Le gars avait la trentaine bien sur lui, un portable et des clefs, commence son monologue en me demandant comment allait Madame Sonia.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiens il se rappelle aussi de Sonia !!!

Il veut me donner sa carte, et nous conduit jusqu’à sa voiture pour nous donner son numéro de téléphone on ne sait jamais ça peut servir surtout au Sénégal

bien sur, nous assure t il. Nous n’allons pas le contredire.

On griffonne son number sur le toit de la voiture, il nous demande ce que nous faisons maintenant, et justement comme nous avions soif avec Tom je lui propose de venir prendre un verre avec nous.

Quelques rues plus loin nous entrons dans un très joli bar restau, qui est une ancienne maison coloniale rouge avec une cour intérieure sympa.

Nous voilà, assis tous les trois et Barbacar Tall nous raconte sa vie, sa famille, ses enfants qu’il doit aller chercher à midi à l’école, son taf à l’aéroport, pas simple car en horaire décalé.

Et tout au long de la discussion une confiance et une complicité s’installent entre nous.

Barbacar veut nous inviter Mardi pour un tiboudienne ou un maffé poulet, enfin en 20 mn il m’a complétement endormi.

Et à un moment il m’a demandé 10000 F cfa pour le repas de mardi.

Je ne donne jamais d’argent.

Mais pour la première fois j’ouvre mon porte monnaie et je lui sors 10000 Fcfa, il rajoute en me regardant faire, et sans prendre le billet,

« – tu sais j’ai 2 enfants, et ce mois ci on n’a pas encore touché le salaire, et bla bla bla et bla bla bla, donne 30, aller 50. »

Et je lui ai donné ce qu’il me demandait, sans réfléchir.

« – Merci, merci Olivier mardi je te rends cet argent ce n’est qu’un prêt. »

Il a demandé à Tom également, de l’argent mais l’ancien n’a pas bronché et se demandait ce que je faisais et pourquoi ?

Il devenait odieux et parlé d’argent sans cesse, mais je ne voyais toujours rien !!!

Puis nous nous sommes quittés devant un taxi qu’il a arrêté pour nous, en se disant chaleureusement au revoir et à mardi.

A peine monté dans le véhicule, Tom me dit : « Mais qu’est ce que tu as fait, réveilles toi ! »
Et là j’ai réalisé que je venais de me faire avoir de 80€ comme ça par un escroc, super acteur de cinéma, très professionnel et organisé.

C’est la première fois qu’une telle chose m’arrive et je n’ai rien vu venir.

Hier soir, nous avons téléphoné au numéro qu’il nous avait laissé et bien sur le correspondant n’était pas Mr Barbacar Tall et cela faisait plusieurs fois qu’on le dérangeait, hier encore une dame l’avait appelé suite à sa rencontre avec notre arnaqueur.

Donc voilà,

Chapeau, Barbacar Tall le douanier tu as été très fort, et quand on refait l’histoire avec Tom c’est vrai que des détails auraient dû nous mettre sur la voie

d’autant que quelqu’un avait aussi accosté Tom à Thiès quelques jours plus tôt de la même manière.

Mais cet homme connaissait mon prénom et celui de Sonia. Il doit se renseigner ou avoir des complices et avec Tom nous sommes persuadés que le gars que nous avions rencontré la semaine dernière au même endroit collabore avec notre escroc.

Maintenant la morale de cette histoire :

– Limiter les contacts dans la rue et ne faites confiance à personne.
– Ne jamais sortir d’argent.
– Ne donner pas votre nom et vos coordonnées à n’importe qui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge