Tag Archives: senegal

L’énergie

Share Button

L’énergie

 


Une invention qui va révolutionner le monde et l’avenir des peuples.


 

L’effet Dumas vous connaissez ?

 

Si j’étais croyant et catholique je crois que j’aurais proposé au Vatican de canoniser Jean-Christophe Dumas plutôt que Jean Paul II qui a fait des miracles que moi même j’aurais pu faire.


Trève de plaisanterie.

Grâce à Jean-Christophe Dumas même les peuples  les plus pauvres vont accéder à l’indépendance énergétique.

A partir de l’effet Casimir (physicien) qu’il a exploré, ce chercheur a développé et conçu ce que l’on appelle l’effet Dumas.

Passionné de physique ce Grand Monsieur a mis au point 


LE RÉACTEUR À RÉSONANCE


Non content d’avoir inventé cet engin incroyable il a mis tous les plans de montage a disposition de la planète.

MERCI MR DUMAS


 

ÇA CONSISTE EN QUOI :

Son module produit plus d’énergie qu’il n’en consomme et permettra de générer chaleur, vapeur, pourra par exemple dessaler l’eau de mer à un coût dérisoire et founira de l’eau potable à des peuples qui n’y ont pas accès pour l’instant.

Au départ, 3 demi-sphères, 2 sont soudées entre elles, la 3 eme est percée, une tige filletée, de l’isolant, quelques rondelles, une connexion électrique, plongez le tout dans l’eau et le tour est joué.

Simple et efficace.


Difficultés :

– il faut être précis dans le montage 

– avoir quelques connaissances électriques.


Alors Messieurs les bricoleurs au boulot.

Le site de JC DUMAS

Sa page Facebook

Télécharger le PDF de La notice de montage

Fonctionnement du

réacteur à résonance

Comprendre le processus de méthanisation


REGARDEZ LA VIDÉO



Mercredi 15 janvier 2014


Voila bientôt 4 ans a été lancé au Sénégal un programme de développement du bio gaz domestique.

Extraits du JO du Sénégal

J.O. N° 6519 du Samedi 3 avril 2010(texte intégral ICI)

ARRETE MINISTERIEL n° 12100 en date du 30 décembre 2009 portant création, organisation et fonctionnement du Programme National de Biogaz domestique du Sénégal (PNB-SN).

Le siège du programme est basé à la Direction des Hydrocarbures et des Combustibles Domestiques (DHCD) – 104, Rue Carnot à Dakar.

Art. 2. – Objectifs du programme.

Le programme a pour objectif de créer un marché durable de biogaz au profit des ménages sénégalais. Plus spécifiquement, ce programme entend :

-  installer au moins 8000 biodigesteurs dans la zone pilote qui couvre le Bassin Arachidier et la zone péri-urbaine de Dakar, sur la période 2009- 2013.

Art. 3. – Le Bureau National de Coordination.

Art. 4. – Le Comité National de Pilotage.

Le coût total du programme est donc estimé à un montant de 8.193.516.978 francs CFA.


Soit plus de 14 millions d’euros

Où est passé c’est argent ?


Nous avons passé 8 mois à silloner ce pays sans voir de bio digesteur en service chez des particuliers ou dans les villages ou entreprises que nous avons visités.

La ville de Podor au bord du fleuve Sénégal (Nord-Est) est équipée de 2 stations financées par le Luxembourg, mais aucune n’est en fonction.


Nous avons démontré cet été à Dakar qu’avec du matériel recyclé nous pouvions alimenté en gaz une famille

pour un coup de 60000 francs cfa soit à peu près 100 €


Les peuples meurent et les élites s’en foutent et se remplissent les poches. 


AVEC LA MOITIÉ DE CETTE SOMME NOUS POURRIONS ALIMENTER EN ÉNERGIE

PLUS DE 500000 FAMILLES


Alors Messieurs les politiques un peu de dignité agissez, rendez l’argent que vous avez volé et restiuez le à qui de droit.


Vendredi 10 janvier 2014

 


Comment voyez vous le futur ?

Une vidéo animée qui nous permet de comprendre un peu plus le fonctionnement de l’économie et les risques vers lesquels nous courrons. Une étude factuelle sur la situation et une vision du futur qui va vous faire réfléchir sur la nécessité de changer nos comportements.


 

Lundi  09 septembre 2013


Dakar

Nous avons mis en route 2 bios digesteurs de fabrication artisanale le 10 juillet au CVD (cercle de voile de Dakar).

 

Nous avons mis au point ces 2 prototypes différents avec Cheikh Gueye un inventeur Sénégalais et Bobo un soudeur dynamique qui a son atelier à côté du CVD.

 

Un très basique et un plus élaboré avec un deuxième baril renversé pour servir de réserve et de compresseur.

 

Tout a été réaliser avec de la récup sauf les brûleurs mais on a du modifier le gicleur le trou de sortie étant trop petit.



 

Après des tâtonnements sur la méthode d’alimentation, puis des problèmes d’étanchéités, nous avons réussi à les rendre étanches.

Tous ces problèmes nous ont permis de faire évoluer le concept et le prochain bio digesteur sera plus fiable.

Les modifs principales concerneront les deux tubes (alimentation et sortie de matière) qui devront être en fer et soudés ce qui règlera tout problème d’étanchéité.

Leur diamètre sera modifié, de même que leur point d’entrée.

La méthode d’alimentation au départ sera modifiée.

En effet nous remplirons les prochains digesteurs tout de suite de matière sèche que nous couvrirons d’eau. Puis on fermera trente jours avant de tester notre production et de réalimenter avec de la matière qui devra ressembler à de la boue gluante, pour que la décomposition se fasse plus rapidement.

90 % de la matière sèche que nous avons utilisée est du fumier de cheval, le reste des feuilles et déchets de cuisine.

Il y a 15 jour nous avons validé la première production de gaz, puis il y a 10 jours nous avons remarqué que le processus s’accélérait, avec la vidéo tournée la nuit et la grosse flamme.

Hier, nous avons fait les tests avec un brûleur, celui ci fonctionnait mais en journée il est très difficile de voir la flamme. Donc hier soir en présence d’employés du CVD, nous avons réussi à maintenir un brûleur allumé pendant 31 minutes et 22 secondes précisément après avoir perdu du produit dans les essais de branchements.

Tout cela est très encourageant et nous a amené aujourd’hui à installer une chambre à air de camion à la sortie gaz du bio digesteur qui servira de réserve.

 Je vous avoue que le résultat m’a surpris, je ne m’attendais pas à autant.

On continue pour évaluer la production sur plusieurs jour.

À bientôt pour une omelette et le café.


Ç’EST BON ON A FAIT DU GAZ

REGARDEZ 



Le biogaz par méthanisation

ON AGIT AU SÉNÉGAL VOIR LA VIDÉO



 

 

Depuis le tournage de la vidéo, nous avons eu quelques soucis, nous avons du refaire l’étanchéité du tube d’entrée que nous changerons de position sur le prochain prototype.

Tout a été refait il y a une semaine, et sommes obligés de patienter pour voir la première flamme.

Les tests d’hier n’ayant pas été concluants mais on doit y arriver

RDV dans quelques jours

Dans de nombreux pays il est possible de produire de l’énergie avec des moyens et des techniques simples et basiques.

La méthanisation et la production de biogaz peut apporter un progrés social, économique, sanitaire, et écologique à de nombreux humains à travers la planète.

Le principe est simple a mettre en place même si la transformation de déchets en gaz utilisable est un processus compliqué mais naturel.

Avec :

– deux bidons

– deux chambres à air

– des tuyaux

– une bouteille de 5 litres

– un brûleur ou bec bunsen

– raccoords, silicones et colliers

 


On peut cuisiner

Regardez la vidéo


 


Le projet d’Agence Newsroads

pour le développement durable en PDF


Fini les corvées de bois qui durent des heures ou le charbon trop cher.

Fini les arbres coupés.

Fini les fumées toxiques dans les habitations.

En plus on récupère de l’engrais naturel pour les cultures

Tous les déchets organiques, les excrêments humains ou animaux peuvent être recyclés, on participe ainsi au progrès sanitaire.

 

Sur ces bases nous avons lancé deux initiatives.


 

Fabrication d’un bio digesteur consultation et téléchargement :

Méthode 1

Méthode 2

Guidakhar :

 

Après la visite du village et la rencontre des habitants et de la hièrarchie établie (voir la page tour du monde Février au Sénégal), les plus graves problèmes surtout chez les enfants sont sanitaires, dermathoses et diarhées chroniques. dues à la mauvaise qualité de l’eau.

On a lancé l’idée de produire du gaz avec la fosse sceptique de l’école et faire chauffer de l’eau, de manière à obtenir de l’eau plus propre et de l’eau chaude.

Le plus dur est de prouver aux gens du village que çà marche.

Nous avons lancé des tests avec 4 jeunes du villages motivés et le projet a séduit le chef du village.

Bandia :

Lors d’une visite nous avons proposé à la direction de la réserve de méthaniser leurs déchets humains et peut-être animaux.

Là encore nous avons lancé des tests et procédé à une étude sur leur consommation de gaz qui semble énorme.

Des économies peuvent être réalisées rapidement par de simples changements de procédures.

Au mois d’avril nous reviendrons à Bandia pour lancer le projet.

Aidez nous et participez à notre démarche contactez-nous.

Le biogaz, on en parlé déjà dans les années 70

 

Le nucléaire était la stratégie.

Si l’on utilisait tous les déchets pour faire du biogaz quel bonheur pour la planète et quelles économies

Pourquoi n’a t on jamais développé cette technique messieurs les politiques? Les lobbys de l’énergie sont puissants et généreux !!!

 


Les boutiques Newsroads

 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article

  • biogaz domestique
  • production de biogaz par digesteur
  • comment fabriquer un digesteur avec des futs

L’Agriculture

Share Button

Agriculture et Développement durable

 


COMPATIBLE ?


Article de Michel Lachaume du 17 décembre 2013

Page Facebook 


De Michel Lachaume

LE MILDIOU ET LES DORYOHORES, MÊME COMBAT..peut-être…

 

Il y a plusieurs années, cela remonte à 2007, j’ai remarqué que les pommes de terre plus résistantes au mildiou étaient aussi moins affectées par les doryphores. En 2008, grose crise de mildiou et aussi invasion de doryphores, je constate que les deux résistances semblent communes.

 

En 2009, juste avant que je quitte pour l’Europe pour une série de conférences, CATASTROPHE: une nouvelle mutation du mildiou qui détruit toutes les récoltes de tomates et pommes de terre dans l’est américain, ou presque, frappe aussi en Ontario où je vis. J’ai environ 2 acres de pommes de terre et tomates ( 600 variétés de tomates, je n’ai bouffé qu’un seul fruit cette année là, c’était terrible, du jamais vu, une souche d’une virulence incroyable) 

 

Curieusement, j’avais déjà identifié des pommes de terre qui semblaient se foutre des doryphores, dont SARPO MIRA, TOLUCA et quelques souches issues des travaux de mon copain Tom Wagner. Quelques semaines avant de partir pour l’Europe, LA CRISE DE MILDIOU ARRIVE. 2 acres de pommes de terre, la majorité des plants uniques, numérotés,, du matériel de recherche variétale, et aussi plusieurs variétés patrimoniales FONDENT, totale déliquescence, une souche hyper virulente, mais qui s’est manifestée bien après les doryphores…et, surprise, les 5 nouveaux cultivars de recherche et les autres n’ont pas été touché par LES DORYPHORES non plus, alors qu’ils étaient une véritable infestation cette année là…je résume, mais il y a eu BEAUCOUP de réflexion sur les doryphores cette année là avant la grande crise de mildiou…

 

J’en ai parlé à Tom pendant qu’on étaient en France, on CONVENU DE CONTINUER À EXPLORER….il n’a pas de doryphore, ils ne se sont pas rendus dans l’état de Washington, merci pour les montagnes…il ne peut donc corroborer. C’est mon job dans l’équipe…

 

Mais le weekend dernier, j’ai rencontré un producteur bio génial, qui fait beaucoup de recherche, RICHARD FAVREAU. 

Il vit près de Rimouski, on me l’a présenté comme une encyclopédie vivante de l’agriculture . On avait raison, cela fait longtemps que je n’ai pas vu un agriculteur bio aussi allumé sur la science et la recherche.

 

Quand j’ai discuté du truc, il m’a dit: maintenant que tu en parles, il me semble clairement que mes PREVENTO ( un nouveau cultivar) n’a pas subit autant d’assaut des doryphores.

 

IL est primordial que nous poursuivions cette piste en agriculture bio.

Cela ne veut pas dire que la réponse est dans le même gène, mais parfois les gènes s’accompagnent, il y en a qui voyagent en équipe….

On se lance un défi?

 

Cela fait 6 ans que je vérifie cette hypothèse. elle semble tenir la route…

 


Des myrtilles impressionnantes ou des haricots qui ne souffrent pas

en période de sécheresse

 


 

 

La quasi totalité des sociétés qui ont existé sur terre depuis la nuit des temps n’ont pu se développer et survivre qu’avec l’agriculture .

 

Pour cela nous pensons là encore, que l’agriculture moderne doit s’inscrire dans le durable.

Qu’est ce à dire ?


 

 

 

Que l’économie agricole mondiale fait fausse route et que les lobbys de l’insdustrie chimique avec comme célèbre tête de pont « Monsanto », tristement célébre; ceux de l’agro-alimentaire n’ont que des objectifs de profit et de rentabilité, sans aucune prise en compte, humaine et environementale.

 

Ces organistions mondiales, ont mis en place un système rendant dépendant le monde agricole, puisque pour simplifier, ils veulent réduire le nombre de varitétés des semences de toutes les espèces, pour faciliter leur production et leur distribution.

Des pommes de terre de plus d’un mètre de haut

Le problème est que ces semences sont faibles et s’appauvrissent au fil du temps, ne pouvant pas se reproduire grâce à une polinisation libre.

Ce système emprisonne tous les producteurs et les rend complètement dépendant d’autant que pour maintenir les rendements et la production, ils sont obligés tout les ans d’augmenter les quantités de fertilisants, vendus par « Monsanto » et les autres biensûr.

Nous pensons que nous pouvons faire d’autres choix et développer des semences locales anciennes, à polinisation libre, qui se renforçant naturellement, qui se développeront d’autant mieux que l’on pourra les utiliser avec « l’eau solide » ou « Algueria ».

 

 

 

« Lluvia solida » étant un produit révolutionnaire, rétenseur d’eau que vous pouvez découvrir le dossier sur l’eau, et « Algueria » étant un fertilisant à base d’algues fermentées que notre ami Michel Lachaume présente sur sa page Facebook.

 

 

Une agriculture locale et durable, c’est donc moins d’engrais, c’est des produits adaptés, c’est moins de pollution, moins de transport, c’est des économies d’eau, et c’est aussi des emplois.

 


 

Nous avons fait des propositions

au gouvernement Sénégalais

Pour investir dans une agriculture durable.

Après l’enthousiasme de certaines personnes.

Quels choix seront faits ???

 

 


MAIS IL FAUT D’ABORD ARRÊTER DE MANGER DES FRAISES DU MAROC EN DÉCEMBRE OU DE FAIRE VENIR EN EUROPE DE L’AIL D’ARGENTINE OU DES RAISINS D’AFRIQUE DU SUD


 

 

 

 

L’avoine aussi réagit très bien avec ALGUERIA


Les boutiques Newsroads

Le Siné Saloum

Share Button

Le Siné Saloum

 

La région du Siné Saloum s’étend du sud de la petite côte jusqu’à la frontière gambienne. Elle couvre une surface de 180 000 ha on n’y trouve le parc national du delta du Saloum.

La région tire son nom des deux fleuves qui la traversent le Siné et le Saloum.

L’océan pénètre profondément à l’intérieur des terres, des fleuves et des Bolongs ce qui pose un problème de salinité.

La bande de sable qui mène à Djiffer

 

En effet ce phénomène conjugué à la déforestation, au déboisement met le delta en danger, il existe un gros problème pour la reproduction des poissons notamment et des fruits de mer.

Il est très difficile de trouver de l’eau douce même les forages très profonds conservent u un goût salé.

De plus les frayères de poissons et de coquillages ainsi que les huîtres disparaissent avec la mangrove ; préoccupant quand on pense que la pêche est la première activité pour les peuples de cette région.

Ils sont en majorité Sérères, mais de nombreuses ethnies ont élu domicile dans ces îles au nombre de 19.

Avec www.senegalaisement.com la carte du Siné Saloum

La carte du Siné Saloum

Office de tourisme du Siné Saloum

Par la route vous accédez par plusieurs axes différents :

Le port de Djiffer

–       à l’ouest par la côte le long de la lagune sur une bande de sable une petite route vous amènera jusqu’à DJifer et la pointe de Sangomar qui s’est détachée petit à petit du continent. De la piste sur les derniers km, si vous y allez en transport prenez un taxi brousse ou un car rapide. On traverse de très jolis villages de huttes, parfois des cochons s’y baladent, signe qu’une partie de la population est catholique. Par tempête la route est quelques fois un inondée et difficilement praticable mais si vous avez la chance de bénéficier de soleil, avec un taxi qui prend la piste hors des sentiers battus vous verrez de nombreux flamants roses et de superbes paysages.

–       Côté continent vous passerez d’abord par Fatick la ville du président de la république, puis vous rejoindrez Foundioune, avant de vous enfoncer au cœur du dédale de bras de mer qui forment le Delta.

–        Au sud de vous avez la Gambie puis des accès par Missirah, Toubacouta ou Sokone.

Vous pouvez rejoindre tous ces points par les transports en commun il vous faudra être patient les distances sont parfois longues et l’attente avant que le taxi brousse soit plein interminable. Les bus s’arrêtent partout et s’il n’y a pas d’embûches ou une petite panne vous avez de la chance.

Les tarifs ne sont pas chers vous avez toujours le moyen de négocier mais mettez vous d’accord sur le prix avant le départ. Quel que soit le

Transport mini bus

mode de transport si vous mettez vos bagages dans le coffre ou sur le toit ils seront taxés.

En partant de Dakar à six heures du matin en bus vous arriverez aux alentours de 11h30 à Djifer. Les taxis brousse sont plus rapides et quelquefois plus confortables sauf si vous êtes dans les places à l’arrière, ou votre tête touchera le plafond, vous ne verrez rien ni à l’avant ni à l’arrière ni sur les côtés, en se prenant pour une sardine. Les trajets ne sont pas toujours directs renseignez-vous au départ.

Quelquefois la place à côté du chauffeur ce négocie plus cher.

Tarif des transport en pirogue

Après si vous n’avez pas de bateau le seul moyen de transport est la pirogue ou le bac.

Là encore à vous y passerez beaucoup de temps. Et s’il pleut c’est folklo !!!

Les îles du delta du Saloum peuvent être le paradis pour les voiliers mais attention pour accéder à certaines parties bien cachées et très sympas il vous faudra éviter les bancs de sable traîtres.

En effet le débit des fleuves Siné et Saloum n’est pas assez important, il ne peut drainer le sable amassé par l’océan, formant des zones lagunaires.

Au milieu des bras de mer très larges on se retrouve quelquefois avec de l’eau aux genoux en plein milieu du fleuve.

Chaloupe obligé pour se rendre dans les îles du delta

Cette région est un autre Sénégal.

Les seuls bruits mécaniques que l’on perçoit sont les moteurs de pirogues ou les pompes à eau.

La mangrove sera toujours présente, mais posez vous sur l’une des îles et découvrez une autre vie, un autre rythme, sans rapport avec les formats occidentaux.

Chaque île à sa petite particularité et on commence à trouver pas mal de campements, tenus par des « toubabs » ou par des locaux.

Les femmes vont chercher du bois en pirogue

Vivez des moments fantastiques avec ces gens en restant quelques jours admirer les couleurs du levée du jour ou du crépuscule, aider les femmes à débarquer le bois mort de mangrove ou préparer avec elles les coquillages et les huitres. Pourquoi pas apprendre à fabriquer des jus de « bissap », de « bouye », ou de « ditakh », que vous serez allé chercher dans la brousse.

Leur société est assez matriarcale, et les femmes sont organisées en collectif et mettent en commun, des ventes, des achats et se font même des micros prêts entres elles. Des réunions, avec vérifications des comptes et cotisation sont organisées régulièrement.

Ce que ne savent pas faire les hommes, qui se concentre sur les cultures et la pêche, mais dans un désordre surprenant. Les jalousies, rivalités, us et coutumes de la gente masculine étant un verrou, à certains projets d’organisation.

Comme dans le reste du Sénégal vous constaterez que les hommes et les femmes ont des activités, précises et séparées, au quotidien ils ne font que se croiser.

 

Les ramassent aussi les coquillages

De nombreuses associations ou ONG comme « Voile sans Frontières » interviennent dans le Saloum, au niveau sanitaire, fonctionnel ou économique, mais le manque de suivi, de formation et des programmes inadaptés ou mal conçus sont légions.

La Petite Côte

Share Button

La Petite Côte

 

Elle s’étend au sud de Dakar jusqu’ au Siné Saloum.

La Petite Côte

C’est assurément la région la plus touristique, et la mieux équipée du Sénégal.

Farniente sur la Petite Côte

 

Avec des stations balnéaires réputées, Saly, Nianing et La Somone la région draine une très grande partie des visiteurs, même si le parc hôtelier, est vieillissant et mal entretenu.

 

Cependant vous pourrez profiter de nombreuses et belles plages après être passé par les falaises de Popenguine ville de pèlerinage.

 

Mbour est la grosse ville de la région avec sa nouvelle mosquée flambant neuve, rose et bleu, qui ferait presque penser

Les 3 singes

au château de la belle au bois dormant à disney land Paris. C’est aussi un grand port de pêche.

La région est également riche de réserves naturelles, Bandia, Popenguine ou La Somone et sa lagune (allez prendre un verre au Rasta.Paradise).

Elle est un bon compromis entre farniente, activités sportives, culturelles et découverte de la faune et de la flore.

La petite côte sera la région qui bénéficiera le plus de l’ouverture future du nouvel aéroport.

Si vous continuez vers la sud vous pouvez rejoindre Fatick, ville de l’actuel président Macky Sall, ou alors partir sur Joal, qui elle était celle Léopold Sédar Senghor.

Un tisserand

 

On parle beaucoup de l’île de Fadiouth, son pont de bois et son sol blanc jonché de coquilles d’huîtres et de coques, mais vous y trouverez autant de vendeurs à la sauvette que de coquillages à terre.

Tout cela est surfait comme à Gorée.

Et pour les îles et ce qui va avec il y a le Siné Saloum mais il faudra descendre plus bas le long de la bande de sable de plus en plus rognée par l’océan.

 

Blog djibril guide SénégalNous connaissons un guide nommé Djbril  Dieng qui pourra vous faire découvrir la Petite côte si vous en avez besoins 

Tel : + 221 77 565 05 92
Mail: djibrildieng@hotmail.com 

Où dormir et manger sur la petite côte

TripAdvisor

La Grande Côte

Share Button

La Grande Côte

 

Se nomme ainsi par opposition à la petite côte au sud.

La Grande Côte

Elle s’étend sur 100 km vers le nord, de Kayar jusqu’à la langue barbarie avant Saint-Louis.
Longues plages de sable blanc qui en dehors des plages proches des villages, restent propres car immenses, et balayées par le vent et l’océan.
Sur certains tronçons, elle reste le terrain de jeu favoris de fan de rallyes raid en mal d’aventures.

Circulation sur la plage

 

On croisent souvent de gros 4X4 ou motos qui se tirent la bourre sur la grève peut être parce qu’ils n’en ont pas assez dans le pantalon  pour affronter le désert.
Qu’ils sachent que nous ne cautionnons pas cette activité, même si cela peut paraître très « fun » ; ils prennent beaucoup de risques sans s’en rendre compte, et font d’énormes dégâts sur l’environnement.
Si vous remontez la petite côte, 2 solutions, la route des Niayes, qui n’est pas un cadeau et que vous rattrapez, juste après le lac rose, sinon la N1 direction Thiès puis Saint Louis si vous remontez au nord, sinon direction Dakar vers le sud.
Côte sauvage par excellence, elle est bordée à l’intérieur des terres par le bassin ou bande des Niayes, qui est en fait la zone maraichères la

Les Niayes

plus importante du Sénégal.
En fait cette terre derrière les dunes est très fertile puisque autrefois inondée et couverte de sédiments anciens.
De plus la nappe phréatique est peu profonde et il suffit de creuser 3 m seulement dans certains endroits pour avoir de l’eau.
Sur la N1 à Tivaouane, tournez au centre ville à la station shell, direction M’boro.
Pour plus d’infos sur ce village célèbre dans la région lisez les pages « tour du monde www.news-roads.com », nous y avons séjourné plusieurs fois et plusieurs européens s’y sont installés pour faire du durable et du bio.
A la fin de l’année 2013, une concession minière de Zircon, et titane dont l’exploitation a été donnée à une holding franco – australienne, entrera en activité.
Ils vont exploiter le littoral Sénégalais sur une centaine de km, pendant plusieurs années, draguant le sable dans l’océan à l’aide de grandes

Palmeraie

barges, pour l’exploiter sur terre, et le transporter sur Dakar pour l’export.
Quelles seront les conséquences, sur la région, l’écosystème, la faune la flore ?
Quelles seront les retombées pour les Sénégalais ?
(par Mittal vous connaissez le groupe Indien, connu en France) dans le coin n’a pas été à la hauteur des espoirs des riverains, tout comme le canal et les travaux sur la langue de Barbarie qui sont une cata …
La mine c’est engagée sur certains point concernant la protection de l’environnement, mais les locaux ne bénéficieront que très peu de la centrale électrique au fioul flambant neuve, créée spécialement pour la mine.
L’état Sénégalais possède 10 % du gâteau, seront ils distribués ou engloutis ?
Mais si vous restez quelques jours du côté de la petite Casamance (les Niayes), vous aurez peut être la chance de rencontrer Sébastien et son équipe, des récolteurs de vins de palmes qui vont de palmeraies en palmeraies.
Allez rendre visite également aux nombreux pépiniéristes notamment nos amis Stéphane et Andréa des brigades vertes à M’boro, et juste à

côté vous avez le campement des Niayes chez Nico et Aminata pour vous restaurer.

Plus au nord un site exceptionnel le désert de Lompul qui contraste vraiment avec les Niayes.

C’est une petite bande de sable où vous trouverez de superbes dunes et vous aurez l’impression d’être en plein Sahara

Quelques adresses de campements vous permettront d’y séjourner mais les prestations ne sont pas à la hauteur des prix pratiqués.

Il y a également un festival de musique.

Ou manger et dormir sur la grande côte ?

 

TripAdvisor

Le Lac Rose

Share Button

Le lac Rose découvert avec le Rallye, mort avec le Rallye

 

Vous ne pouvez pas venir sur Dakar sans consacrer une journée à découvrir le « Lac rose » qui fût rendu célèbre par les arrivées spectaculaires du rallye Paris-Dakar.

Cette dépression de 3 km2 doit sa couleur à la prolifération d’un algue microscopique, surtout quand le soleil tape fort et que le vent souffle.

 

On y exploite le sel, il faut savoir que se lac peut profond possède un des taux de salinité le plus élevé au monde, beaucoup plus fort que la célèbre mer morte par exemple.

La récolte du sel sur le Lac Rose

Les hommes casse la croute de sel dans l’eau jusqu’à la poitrine, puis à l’aise d’un panier de rafia ou de rônier remplisse les pirogues qui seront déchargées par les femmes qui n’ont plus l’autorisation de récolter dans l’eau, depuis une augmentation des fausses couches ces dernières années.

Les gens qui travaillent sur le lac s’enduisent le corps de beurre de Karité pour limiter les brûlures conjuguées du sel et du soleil.

Certains ont creusé des puits (l’eau douce n’étant pas si profonde) pour se rincer à l’eau claire.

Le sel est ensuite stocké, séché et blanchi au soleil, avant d’être, trié et calibré pour la vente.

La fleur de sel récoltée en bordure de lac étant la meilleure, la plus recherchée et bien sûr la plus chère.

Tout autour du lac, des camelots, vous accosteront tels des sangsues, pour vous vendre les mêmes objets que l’on retrouve partout au Sénégal.

Les femmes déchargent le sel du Lac Rose

On vous proposera sans doute de faire un tour sur le lac pour voir le travail des hommes de plus prêt, ou tout simplement traversé pour l’autre rive et l’océan, qui n’est pas loin.

De nombreuses cabanes et restaurants existent pour ne pas mourir de soif ou de faim.

 

Des allés et venus incessants

 

VOIR LES PHOTOS DU LAC ROSE

ICI

Pour vous y rendre, prenez un taxi ou un 7 places, si vous y allez seul avec la nouvelle autoroute, pour sortir de Dakar en 20 mn vous pouvez être sur place.

Le sel du Lac Rose

DAKAR

Share Button

DAKAR découvrez la capitale de l’Afrique de l’Ouest et du Sénégal

 

La porte du millénaire Dakar

La porte du millénaire

Concentre 30 % de la population du Sénégal et 80 % de l’activité du pays.

La ville est située sur la presqu’île du Cap vert (cul de sac) et c’est développée avec la « disparition de Gorée » devenue trop exsangue, et son changement de statut puisque Dakar est devenue capitale, après Saint-Louis en 1960.
Grosse agglomération de pratiquement 4 millions d’âmes.
Mais où les structures et infrastructures n’ont pas évolué dans la même proportion. Une nouvelle solution d’accès s’ouvre avec une autoroute « à péage » disponible depuis le premier août 2013, qui permettra de fluidifier un peu l’entrée et la sortie de la ville, complètement saturées.

Donc si vous ne passez pas par l’ autoroute il vous faudra passer inévitablement par la nationale 1 et Rufisque.
Infernal à 17 h en pleine chaleur. Mais prenez votre mal en patience, en faisant vos courses de votre voiture.
Dès qu’il y a bouchon, il y a vendeurs à la sauvette. Et vous pouvez trouver de tout, des légumes au porte manteau, c’est le délire.
Si vous arrivez à Dakar en avion, on atterrit pratiquement au centre ville. L’aéroport Léopold Sédar Senghor est lui aussi exigu et n’offre plus les garantie nécessaire pour la sécurité et un développement du trafic.

Le phare des Mamelles Dakar

Le phare des Mamelles Dakar

Un nouvel aéroport est en construction, à 55 km à Ndiass sur la route de la petite côte, il contribuera au développement du pays et au dés-engorgement de Dakar. Ouverture prévue fin 2015.
A l’arrivée on fouillera l’ensemble de vos bagages et avant d’affronter les vendeurs, porteurs et autres taxi-man, respirez un bon coup parce que ça va être le choc, ne vous affolez pas vous allez être très sollicité par beaucoup de monde.
Trouvez un taxi qui vous emmènera à destination après avoir négocié le prix 3000 FCFA pour le centre ville le jour, 3500 FCFA la nuit.

Ils vont arrivés sur vous comme des mouches. Surveillez bien vos bagages et ne vous affolez pas.
Bien sur et c’est de bonne guerre, ils vont vous demander 3 ou 4 fois le prix.
Par contre négociez votre course avant de monter dans le taxi.

Si vous avez payé plus !!! … Vous vous êtes fait avoir !

Le tour de Dakar en scooter

Comme partout les 2 ou 3 premiers jours on se fait toujours avoir.

Restez vigilant.
Les personnes qui attendent sont désormais obligées de le faire à l’extérieur de l’aéroport sur la droite devant les taxis.
Il y a un service de bus pour la ville.
Juste après la station de taxis vous avez les bus de la ligne 8 des Dakar Dem Dick qui pour 150 Fcfa vous emmèneront au centre ville (palais de justice)
Départ toutes les 15 mn – Dernier 20H30
Voir parcours et horaires ligne 8 ici
Nous allons vous décrire la ville par quartier, pour ce qui est de l’histoire de la ville reportez vous sur le site de la ville ICI.

19 communes d’arrondissement à Dakar :

Les quartiers de Dakar

La commune d’arrondissement est, au terme de la loi, une collectivité locale au même titre que les autres. Dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière, elle est administrée par un conseil élu, dispose de compétences propres tout en restant intégrée à la Ville.
Commençons par la pointe de la presqu’île

– LE PLATEAU –

Le palais de la présidence

Ce quartier est le cœur de la ville beaucoup d’administrations, de banques, d’institutions et de grands hôtels sont sur le plateau.
Le palais de la Présidence, la cathédrale du souvenir Africain, l’ambassade de France, l’hôtel de ville et bien sur la fameuse place de l’indépendance.

Il est facile et agréable de se promener dans ce quartier en partant de la place de l’indépendance justement faites vous déposé par un taxi ici et flânez, mais faites attention aux arnaqueurs.
Vous pourrez également profiter du marché Kermel, où les produits sont un peu plus chers mais de bonne qualité.
Le quartier est en train d’être réhabilité. Les autres marchés du Sénégal

Profitez pour longer la corniche à partir de la tour de contrôle du port, jusqu’à l’hôtel Savana.

Vous découvrirez la jetée et ses pécheurs avec à portée de fusils l’île de Gorée, et profiterez de l’air de l’océan.
Vous pouvez visitez le quartier à pied et avez le choix pour vous restaurer. Il y a toutes sortes de restaurants et si vous voulez des gargotes rapprochez vous du port et des embarcadères de Gorée ou Ziguinchor.

La cathédrale du souvenir Africain

Justement si vous vous rendez à l’embarcadère vous passerez place des tirailleurs, où trônent un français et un Sénégalais auxquels les Dakarois ont donné des diminutifs affectueux.

Ils tournent le dos à l’ancienne gare de chemin de fer désaffectée.
Sa façade est toujours superbe mais pour combien de temps…
Il semblerait que des projets de réhabilitation soient dans les tuyaux, mais là encore…
Ils ne reste plus qu’un seul train de banlieue, dans un état de dégradation avancé, il stationne sur le quai extérieur, latéral de la gare et fait la navette plusieurs fois par jour entre la capitale et Rufisque.

– L’ÎLE DE GORÉE –

On y accède par l’embarcadère voir horaires et tarifs ICI

La traversée dure à peu près 10 mn, et on vous taxera en plus du droit de passage de 500 Fcfa en débarquant.

Photos de Gorée

L’île est petite, et surfaite.

Les seules bâtissent restaurées le sont par des fondations ou ONG ou mécènes engagés dans la défenses des droits de l’homme.
A part le pèlerinage personnel que l’on peut y faire en hommage aux milliers de personnes victimes du « commerce triangulaire« , dans la maison des esclaves et devant certaines pièces symboliques, l’endroit n’a aucun intérêt et la mise en valeur de ce patrimoine et de l’histoire n’est pas à la hauteur de ce que l’on peut attendre.

VISITE VIRTUELLE DE L’ÎLE

L’île est encore habitée et vit du tourisme. Des dizaines de camelots font la traversée chaque jour pour faire vivre leur échoppe sur Gorée.

Mais le touriste se fait rare et malheureusement la créativité des vendeurs n’est pas géniale sur l’île, ils vendent tous la même chose, parqués dans un coin, à part, Mohamed le sculpteur de pierre.

Les autres ressemblent plus aux nouveaux esclaves du XXI e.

Du CVD à l’embarcadère Itinéraire en taxi

– HANN BEL AIR –

Cet arrondissement est vaste et comprend une importante zone industrielle qui jouxte le port.
Malheureusement la baie de Hann est dans un état lamentable et un projet de réhabilitation est prévu mais n’a pas commencé.

Les plages et l’eau sont polluées et des immondices recouvrent le sable blanc, dommage car le site pourrait être superbe, espérons qu’il retrouvera son lustre d’antan car sa situation géographique est idéale pour les baigneurs ou les « voileux »

Quelques hôtels comme le Monaco ou la voile d’or ont leur plage privée, et vous pouvez également faire du cheval au cercle de l’étrier de Dakar ou bien vous reposer au CVD, vous y rencontrerez des vieux loups de mer aux histoires fabuleuses.

-LE CENTRE-

Les Almadies Sénégal

Les Almadies Sénégal

Les quartiers du centre de la ville (biscuiterie, HLM, gueule tapée, etc) sont des quartiers populaires où vous découvrirez la vie des Dakarois et toutes les échoppes sur les trottoirs qui exposent leurs produits, meubles, canapés, scooters.
Plein centre ce trouve également le stade Demba Diop qui abrite la plupart des combats de lutte Sénégalaise, qui est le sport national, presqu’aussi populaire que le foot.

– LA FAÇADE OUEST-

De la pointe de l’anse Bernard jusqu’à la pointe des Almadies, vous profiterez de nombreux point de vues sur l’île de la Madeleine (ou île aux serpents) et sur l’océan qui se déchaine sur cette côte découpé.
Avant d’arrivée, aux Almadies et aux quartiers des ambassades, faites un détour par le phare des mamelles, la plage de Fann, la nouvelle mosquée

la porte du millénaire

le monument de la renaissance Africaine – voulu par l’ancien président Wade, et qui fait toujours polémique au regard des milliards de Francs cfa dépensés que le peuple aurait préféré voir utilisés autrement.

-N’GOR-

N gor Sénégal

N gor Sénégal

Le village de N’gor est un ancien village de pécheur où se sont installés depuis de nombreux groupes hôteliers. Le quartier est devenu le lieu à la mode où l’on trouve bars, casinos, restaurants et boites de nuit.
L’embarcadère pour aller sur l’île de N’gor se trouve sur la plage, en fait il n’y a pas d’embarcadère, et il faut prendre une pirogue sur la plage après avoir pris son ticket aller – retour pour l’île 500 F cfa.

Vous traversez en 5 mn et vous arrivez dans un havre de paix et de sérénité qu’il ne faut pas manquer.
Si vous avez l’occasion d’y passer une nuit ou 2, vous apprécierez le calme quand tous les Dakarois rentrent chez eux aux alentours de 19 h.
L’île abrite de nombreux artistes et personnalités qui viennent pour les vacances, et la population de l’île se résume à une poignée de gardiens.
120 maisons seulement, pas de mosquée, 2 plages faces à Dakar et une partie très découpée coté océan.
Si vous vous baladez sur ces rochers vous y découvrirez sûrement une petite piscine naturelle où vous pourrez vous rafraichir.
L’île est propre et vous n’avez pas l’impression d’être au Sénégal

– YOFF –

A ne pas confondre avec le grand Yoff, qui est aussi un quartier de Dakar mais beaucoup plus petit, et surtout c’est à Yoff que se situe l’aéroport.
On comprend mieux pourquoi les ambassades et chaines hôtelière se sont installées du côté de N’gor et de la corniche.
10 mn après avoir récupéré votre valise vous pouvez être dans votre chambre ou à la piscine de l’hôtel.

Pour circuler dans Dakar :

Vous pouvez louer scooter ou voiture mais la conduite et le routes au Sénégal et à Dakar en particulier sont dangereuses. D’autant que vous n’êtes jamais sur d’être assuré, alors en cas de dommage !!!
Ne prenez pas cette responsabilité à moins de séjourner longtemps et d’être très vigilant.
Le taxi est le plus pratique mais de 2000 en 2000 F cfa, l’addition peut grimper très vite.

Les bus DDD ou DAKAR DEM DIK, pas cher mais vérifiez votre parcours et vous serez comme des sardines à toutes heures.
Les célèbres cars rapides bleu et jaune, toujours très décorés et plein de « gri-gri ».

En savoir plus ICI

La culture à Dakar à sa place que ce soit dans le domaine de la musique ou de l’art Africain en général.
L’institut Français du Sénégal est à l’initiative de nombreuses manifestations.

Quelques musées ICI

Plages Dakar

Plages Dakar

Musée Théodore Monod d’Art africain,
IFAN 
Institut fondamental d’Afrique Noire,
1 place Soweto, BP 206 Dakar 
33 823 92 68 –
http://ifan.ucad.sn/index.php?optio…
Musée des Forces armées 75 Bd de la République – Tél. 33 823 24 67
Musée Boribana
Un musée privé dédié à l’art contemporain d’Afrique et de la diaspora.
Visite du musée sur demande du mardi au vendredi de de 10h à 12h et de 15h à 18h. Entrée 1 000 F, gratuite le mercredi après midi. 
Ngor, route de l’aéroport. Tél. : 33 820 41 15 – boribana@orange.sn
Place du Souvenir africain
Grand projet culturel du président Wade, situé sur la corniche à Dakar, inauguré en juin 2009.
Musée de la Fondation Léopold Sédar Senghor

Toutes les photos sur Dakar en parcourant les pages  Tour du monde

Où manger et dormir à DAKAR :

TripAdvisor
Où sortir à DAKAR :

Calendrier Sénégal

Share Button

Calendrier Fêtes Sénégal


Fêtes civiles

Jour de l’an 1er janvier
Fête nationale (jour de l’indépendance)> Hymne national et symbolique nationale 4 avril
Fête du travail 1er mai
Journée de la Femme 8 mars
Fête du Tirailleur sénégalais 23 août


Fêtes musulmanes

  2014
Tamkharit : Nouvel an musulman. Correspond à l’Egire, moment où le prophète Mahomet quitte la Mecque pour s’installer à Médine.> La Tamxarit 3 novembre
Magal de Touba : commémore le départ en exil de Cheikh Amadou Bamba Mbacké, fondateur de la confrérie des Mourides.> Touba, le Magal et Cheikh Amadou Bamba 15 décembre
Maouloud (Gamou) : Naissance du prophète Mahomet. 14 janvier
Début du Ramadan (jeune)> Ramadan : moment de spiritualité et de solidarité 28 juin
Korité (Eid Al Fitr) : fin du jeune 28 juillet
Tabaski (Aïd el Kébir) : Célèbre le geste d’Abraham à qui Dieu avait ordonné de sacrifier son fils. Au dernier moment, l’archange Gabriel lui conseille de tuer un mouton à la place. 4 octobre


Fêtes chrétiennes

  2014
Pâques, commémore la résurrection de Jésus. 20 avril
Ascension, commémore la montée au ciel du Christ, quarante jours après Pâques. 29 mai
Pentecôte, septième dimanche après Pâques, en mémoire de la descente de l’Esprit-Saint sur les apôtres. Les chrétiens sénégalais font un pélerinage à Popenguine. 8 juin
Assomption, fête de la Vierge Marie (élévation miraculeuse au ciel). 15 août
Toussaint, fête commémorative de tous les saints. 1er novembre
Noël : célèbre la naissance de Jésus dans une étable de Bethléem. 25 décembre

Hébergement Sénégal

Share Button

Hébergement :

Plage de Sally Sénégal

Depuis plus de 20 ans le Sénégal s’est tourné vers le tourisme et le tourisme responsable en particulier.

Des investisseurs étrangers ont investi et construit des hôtels et services en Casamance et sur la petite côte qui sont les 2 régions les mieux équipées pour recevoir les hordes de touristes descendant des avions et avides de profiter du soleil et des plages.

Mais tout comme les petites structures souvent créées par des couples mixtes (mariage entre une ou un Sénégalais et une ou un Européen), le manque de suivi et d’entretien ou de professionnalisme quelques fois, font que de nombreux établissements ferment rapidement ou sont dans des états lamentables.

On sait que le matériel et les matériaux vieillissent très mal sous les tropiques, et nécessitent une attention particulière.

D’autre part surtout si vous avez déjà voyagé dans d’autres pays vous constaterez de grosses différence sur la qualité des installations et des prestations.

De plus l’hôtellerie est chère, et même les structures haut de gamme n’offrent pas toujours les conditions que l’on est en droit d’attendre.

Vous aurez souvent une douche froide, ou encore de nombreuses coupures électriques (surtout si les groupes électrogènes sont vieux et mal entretenus).

Même en basse saison les petits établissements sont chers et il vous sera difficile de dormir pour moins de 15000 F CFA (soit plus de 20 €).

Cependant un des points les + positifs, vous aurez le Wi-FI pratiquement partout par contre pour régler en CB renseignez vous avant parce que même s’il est inscrit que l’établissement accepte les cartes de crédit, les terminaux fonctionnent une fois

Sally Sénégal

Sally Sénégal

sur deux.

Vous trouverez également sur Saint Louis ou Dakar des bâtisses au charme colonial qui suffira à votre bonheur, sans être regardant aux commodités habituellement recherchées.

Trouvez un hôtel au Sénégal avec Google Hôtel Finder

Prix – Localisation – Avis – Descriptif – Réservation

Pour les routards une des solutions réside dans les campements.

Les campements Sénégalais ne sont pas forcément des campings mais offrent souvent la possibilité de dormir dans des cases ou bungalows.

Ils acceptent aussi les campings cars. Les prix sont souvent plus accessibles (comptez entre 5 et 7000 F CFA pour 2 personnes, le véhicule et l’électricité), là encore il vous sera difficile d’avoir des douches chaudes et pour faire le plein d’eau les bidons seront de rigueur.

Quant au nettoyage de vos WC ou la vidange des eaux usées, il faudra faire avec les moyens du bord.

Zébra Bar Saint Louis Sénégal

Zébra Bar Saint Louis Sénégal

Il existe cependant des lieux sympas qui vous combleront :

le célèbre campement Zebrabar à 50 km environ au sud de Saint-Louis.

– Le campement de Niayes chez Nicolas et Aminata à M’boro.

– Le campement l’océan à Saint Louis.

– Le CVD à Dakar

Cuisine Sénégal

Share Button

La cuisine

 

Elle occupe une place essentielle dans la culture et la vie quotidienne au Sénégal. 

 

En effet la famille étant le pilier de la société tout s’organise autour du chef et de sa première femme. Le repas est un moment favorable à l’échange et à la prière. D’autant que tout se passe au sol en général autour un plat (ou bol) unique que l’on déguste avec la main. Toujours la droite comme la plupart des musulmans la main gauche étant utilisée pour des tâches moins nobles si vous voyez ce que je veux dire !!!!

La cuisine est une des plus riche et variée d’Afrique, ayant subit les influences françaises et portugaises, pendant des années, puis des pays limitrophes également, Dakar étant un point de convergence pour tous les candidats au départ.

Suivant la saison, vous trouverez plus ou moins de fruits et légumes et sur la côte, la base de la nourriture sera :

Poisson – riz

Yassa poulet SénégalDans toutes les grandes villes vous trouverez des restaurants internationaux (beaucoup de Libanais, italiens …) mais ce n’est pas là que vous trouverez la meilleure cuisine, les méthodes de cuisson n’étant pas les mêmes.

La plupart des « mamas »Sénégalaises cuisine au charbon de bois et leurs plats mijotent doucement pendant des heures ce que ne font pas les grands établissements modernes.

En plus pour le même repas vous aurez souvent un écart de 1 à 10 puisque dans les gargotes à Dakar ou Saint Louis vous mangerez pour 1500 F CFA maximum.

Vous verrez partout des « dibiterie », ce n’est pas une faute d’orthographe mais le mot a évolué au fil du temps, et ces cases étaient autrefois des « débiteries » de viande, et pour cela on y trouve encore à manger, notamment des brochettes d’agneau ou mouton et quelques fois du porc.

Le « poulet pays » est la viande la plus consommée, le bœuf étant très cher, mais vous retrouverez les graines comme le mil, le sorgho, la semoule ou le riz sur tout le territoire, la racine la plus utilisée est le manioc.

La cacahuète est répandue et consommée partout, pour finir si vous voulez des fruits exotiques c’est en Casamance que vous devrez descendre.

Quelques recettes que vous pouvez retrouver sur :

« La Sénégalaise.com »

(tous les liens mènent aux recettes de la sénégalaise.com)

La soupe kandia

La soupe aux lentilles

Le yassa de poulet

Mafé à la viande

Le Thiebou Yap (Le riz rouge à la viande)

Le Thiébou Dieun (Riz au Poisson)

Le poulet DG (directeur général)

Le Couscous de mil à la viande

Thiou viande-poisson

Soupoukanja au cabri 

Boissons :

La bière : Gazelle (50cl) et Flag (33cl)

Le bissap : infusion à base de feuille d’Hibiscus. Il y a du blanc et du rouge se boit frais on peut le mélangé avec d’autre jus, mais se conserve 3 jours maximum

Le bouye : jus fait avec le fruit du baobab

Le ditakh : un fruit que l’on a découvert dans le Siné Saloum (couleur verte)

Le vin de palme

Le Café Touba

Le thé : il se boit en 3 temps c’est tout un cérémonial, le premier amer comme la mort, le deuxième doux comme la vie et le troisième sucré comme l’amour.