Dakhla

Tour du monde Extrême sud du Maroc More »

Tour du monde la route du Grand Sud

La traversée du désert et les galères de la route More »

Tour du monde La Liberté

Sud du Maroc entre Merzougha et Zagora More »

New York U S A

Partir à new York avec les conseils de News-roads More »

 

L’hivernage au Sénégal

Bio digesteurs avec chambre à air Dakar
Share Button

L’hivernage au Sénégal

Mardi 3 septembre 2013

Avec mes bio digesteur

Je suis le plus heureux des hommes, j’ai retrouvé ma doudou depuis samedi soir, la vie est belle.

D’ailleurs le soleil est revenu depuis dimanche, nous réactivons un peu tous nos contacts afin de réamorcer les projets et tout ce que nous avions entrepris jusqu’à présent.

Dimanche était consacré aux retrouvailles et au repos.

Hier c’était rangement et ménage.

Elle nous a ramené un super ventilateur pour Charly, – bon !!! Un peu gênant mais c’est vrai que le soir c’est bien agréable.

Nous reprenons doucement nos habitudes aujourd’hui, nous sommes allés visiter nos deux grands personnages que sont Marie-Louise et Joseph en compagnie de Jean-Pierre.

C’est toujours très agréable de passer un moment avec eux et revivons de grands moments d’histoire de ce pays à chaque fois qu’ils abordent leur passé.

On s’est consacré également à la photo et au site Newsroads et ce soir nous allons tester les brûleurs pour le bio gaz.

Cet après-midi nous avons fait la connaissance de Amenda la compagne de Philippe, c’est elle qui fabrique les Jus locaux que nous buvons CVD.

–       Bissap

–       Bouiye

–       Ditakh

–       Made

–       Gingembre

Elle fabrique ses jus  comme le faisait sa grand-mère, elle y ajoute quelques petits secrets. Et cela donne un résultat formidable.

Il faudra les goûter si vous allez au Sénégal à Dakar.

Nous lui avons proposé, de faire des vidéos, avec ses recettes, que l’on diffusera sur le site – page hébergement restauration du Sénégal

Maison de la culture à Dakar

Cela lui donnera une visibilité supplémentaire, animera et personnalisera complètement notre site.

Cette semaine nous avons pas mal de boulot, Sonia doit classer toutes ces photos, car nous préparons un blog exclusif pour elle d’ici quelques temps.

Ce week-end au Sénégal il y a eu un petit séisme politique, notre ami le ministre de l’écologie a changé de portefeuille, et le président de la république a nommé un premier ministre femme. C’est la deuxième fois dans l’histoire du pays.

Des réformes sont engagées et la coupure avec l’ancien « régime » semble claire et nette mais pour combien de temps. Un ministère du plan a été créé, ce qui pourrait donner un peu plus de visibilité et de lisibilité à des projets futurs.

J’espère que la vidéo que nous avons mise en ligne sur le bilan de notre parcours après un an vous a plu, c’est vrai que jusqu’à présent nous avons vécu des moments formidables et très intenses autant que simples et authentiques.

Nous sommes heureux et allons essayer de vous le faire partager au maximum carpe diem.


Lundi 9 septembre 2013

Depuis la semaine dernière il pleut abondamment tous les jours.

La circulation est très difficile il y a des inondations partout (voir www.dakaractu.com du jour). De grands travaux d’assainissement sont en cours mais le réseau est très ancien et mal entretenu. En fait pendant le ramadan et maintenant pendant l’hivernage tout est au ralenti.

 

On fait chauffer de l’eau

Au Sénégal, La pluie rythme le quotidien.

La distribution d’énergie et d’électricité en particulier, les communications et les télécommunications dépendent énormément des variations climatiques.

Les rues inondées par exemples sont un bon prétexte pour les taxis afin d’augmenter les tarifs, ils prétextent les axes bouchés, pour demander 500 ou 1000 F cfa supplémentaires.

L’humidité est partout mais pour l’instant nous ne la ressentons pas trop avec Charly nous sommes assez bien protégés.

Avec l’eau, bien entendu la nature reprend ses aises et la verdure envahit les vieilles maisons les jardins et la campagne alentour.

Les arbres ont doublé de volume et les herbes et broussailles colonisent le moindre espace de terrain.

En Afrique le temps qui s’écoule est moins important que le temps météorologique.

Cette semaine ma doudou a du mal à récupérer de son périple de trois semaines mais ça commence à aller mieux.

Nous avons pas mal bossé sur le guide nous avons ajouté des partenaires (Amazon pour ne pas le nommer en premier lieu) et des publicités notamment des références de livres sur la partie Espagne.

Toujours côté pub un lecteur MP3 qui vous donne les dernières tendances du moment vous pouvez lire nos aventures et écouter de la musique tendance.

Ça c’est ici sur les pages tour du monde, partie gauche

J’ai trouvé ça marrant !!!!!!!!

Bientôt du nouveau également pour Sonia nous travaillons sur un projet que nous allons mettre en œuvre dans peu de temps.

Production de gaz

Ha ! Ha ! Surprise Patience.

La même patience qu’il vous a fallu pour mais expérience sur la bio digestion.

Nous y avons travaillé, et aujourd’hui, on vous annonce :

Oyez ! Oyez ! Braves gens …

Hier soir en présence de Mathieu, Omar, Gilbert, Sonia et moi-même un brûleur est resté allumé 31 minutes.

Cette semaine nous avons décidé d’améliorer le stockage de gaz en ajoutant une réserve dans une chambre à air de camions autour du baril.

– bientôt les photos de la mise en place

Encore une nouvelle étape de franchie, les Bio digesteurs suscitent de plus en plus, intérêt et curiosité.

Nous ne regrettons pas notre pause sénégalaise durant l’hivernage.

Il est vrai que cela coupe un peu notre élan pour notre tour du monde.

Mais cela nous permet aussi d’acquérir de l’expérience de connaître plus en profondeur les rouages, le fonctionnement, les mécanismes de la société sénégalaise, de parcourir le pays.

Nous faisons ainsi l’apprentissage de l’Afrique, cela nous permet également de passer l’hivernage sans trop de problème, car vu les inondations au Mali, au Niger par exemple, je pense que nous aurions eu de grandes difficultés pour avancer sur notre parcours.

Il est plus que difficile de circuler en Afrique Noire équatoriale pendant la saison des pluies.

Nous avons stocké plus de 30 mn de gaz dans une chambre à air

De plus Dakar offre une situation centrale au Sénégal ce qui me permet de faire des expéditions dans toutes les provinces en revenant au CVD où nous avons nos habitudes désormais.

Nous en profitons également pour promouvoir un maximum le développement durable, initier des projets, et agrandir notre réseau.

Rencontre avec le président d’honneur de l’association les amis de la nature grâce à notre ami Cheikh Diane.

Cette association est active dans l’environnement et le développement durable depuis 30 ans ils ont de nombreux contacts au niveau du gouvernement et nous pouvons avoir des synergies avec eux.On avance doucement !!! Vous savez nous sommes au Sénégal mais on avance quand même.

On vous embrasse bien fort à très bientôt.


Samedi 14 septembre 2013

Semaine fructueuse et intéressante à plusieurs titres.

Le président d’honneur de l’association des amis de la nature au Sénégal

Tout d’abord nous avons mis en place une chambre à air autour d’un des deux bio-digesteurs et nous avons réussi à la remplir en 2 jours et demi.

Nous allons continué à la remplir jusqu’ à lundi, afin qu’elle contienne un max de réserve.

Puis, je contrôlerai la quantité avec mon gonfleur.

On laissera tout ça en standby jusqu’à vendredi, parce que normalement nous partons lundi en fin d’après midi à Kédougou à l’Est du Sénégal, pas loin des frontières Malienne et Guinéenne.

Pour cela on va se taper 12 h de bus de nuit, parce que nous laissons Charly à Dakar, pour plusieurs raisons.

Nous voulons tester les transports sur les longues distances pour vous raconter ça et en parler sur le guide, mais en plus en cette saison,  je préfère que ce soit le bus qui s’embourbe plutôt que Charly.

Dernière raison, on revient jeudi et je n’ai pas envi de me taper 25 h de route en 4 j.

Nous partons là-bas car nous avons rencontré Ibrahima au CVD.

C’est un Sénégalais qui a étudié aux Etats-Unis, enseigné à Dubaï, il prospecte de l’or désormais.

Nous avons discuté ensemble et il a adoré les bio-digesteurs, la « lluvia solida », et l’engrais aux algues des Canadiens.

Il nous a invité à passer 4 jours chez lui à Kédougou, voir itinéraire carte en cliquant sur la photo.

On est en train de rassembler nos affaires, parce que demain nous passons la journée avec Jean Pierre, alors JP pour ceux qui  suivent, il

Un cèpe géant sous Charly

habite sur l’île de N’gor, il est voisin de France Gall.

Lundi matin on s’occupe des billets pour le bus (pratiquement 700 km) et lundi ….

Mais je voulais quand même vous faire part de la visite du quartier de Guenaoraye que nous avons faite en compagnie d’un élu de la mairie de Hann (arrondissement de Dakar).

 

Hallucinant ! D’un autre âge !

– Lisez et regardez les photos –

Situation :

Le site est un espace d’environ 300 m de long, sur 200 de large, le long des voies de chemin de fer.

Aucune route d’accès, que des sentiers ou alors on passe par les rails, un canal putride ou tout le monde jette tout essaye de s’écouler au milieu du bidon ville pour se jeter sur la plage de Hann 400 m plus loin.

Le dernier train qui circule encore sur le Sénégal entre Dakar et Thiès, (c’est leur train de banlieue), traverse les séchoirs et étalages de poissons dans un fracas étourdissant et une poussière suffocante.

Le lieu a été investit par des dizaines de femmes pour fumer et sécher les produits que les mareyeurs et pécheurs ne peuvent pas vendre.

Avant elles étaient sur la plage pas loin de l’arrivée des pécheurs.

Mais depuis quelques années les  maisons et résidences ont poussé sur le rivage.

Tout ce monde gênait sans parler des odeurs, alors on a expulsé les femmes qui survivaient là.

Résultat, elles ont trouvé refuge, où personne ne voulait aller et où personne ne les dérangerait.

Autour de ces femmes se sont installés les sous traitants :

–       les porteurs qui amènent le poisson par charrettes en plein soleil (deuxième coup de chaud parce qu’il a déjà patienté pas mal de temps du côté de la plage).

–       Ceux qui traitent les déchets de poissons pour faire de l’engrais

–       Ceux qui alimentent les feux avec du bois, sciure, plastiques, papiers enfin tout ce qui brûle.

–       Les acheteurs et revendeurs de poissons.

Toutes les photos ici

Tous ces gens vivent là autour des séchoirs dans la fumée, la puanteur, les déchets, le bruit et la crasse.

Tout un quartier c’est organisé, peuplé essentiellement de Guinéens souvent sans papiers. On y trouve des petites épiceries et même un restaurant avec « baby-foot » pour les jeunes.

Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité et l’hygiène est inexistante.

Pourtant ce seul endroit alimente 80% du marché du poisson séché Dakarois.

Nous avons fait tout le tour, avec notre ami afin de bien cerner la situation et comprendre le fonctionnement.

Les conditions sont atroces:

  • Les femmes font sécher le poisson au soleil sur des bâches, des cartons ou à même le sol.
  • Allument autour des feux, qui sont censés fumer le poisson
  • Et quand cela ne va pas assez vite, elles recouvrent les poissons de cendres.

Après elles lèvent des filets qu’elles vendent.

Le problème c’est que le site est complètement pollué et qu’elles fument le poisson avec ce qu’elles peuvent, y compris comme on l’a vu –  plastiques ou caoutchoucs – le bois, la sciure, ou les noix de coco se faisant rares.

Certain ont amélioré un peu le process et ont créé des séchoirs avec des barils de pétrole, qu’ils ont ouverts et taillés pour confectionner de grands four en hauteur où ils disposent le poisson au dessus du foyer, et n’utilisent que du bois et de la sciure d’après ce qu’ils nous ont dit.

C’est une grande avancée et bravo à eux.

Mais on pourrait aller beaucoup plus loin.

Comme je l’ai proposé à l’élu, même si la chose la plus importante est la relocalisation de ces gens, nous pourrions utiliser les 3 tonnes de déchets de poissons quotidien pour produire du bio gaz, sur des séchoirs en hauteur autour desquels on ferait bruler coco et sciure.

La mairie est sensible au problème et aux solutions, vont-ils nous demander de tenter l’expérience.

Nous le saurons bientôt,

MAIS LA SITUATION EST URGENTE – IL FAUT RÉAGIR

L’homme invisible

A plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge