Dakhla

Tour du monde Extrême sud du Maroc More »

Tour du monde la route du Grand Sud

La traversée du désert et les galères de la route More »

Tour du monde La Liberté

Sud du Maroc entre Merzougha et Zagora More »

New York U S A

Partir à new York avec les conseils de News-roads More »

 

Découverte de Dakar

Palais Présidentiel Dakar Sénégal
Share Button

Découverte de Dakar


Mardi 05 février 2013

 

L’île de Gorée


La journée est consacrée à la visite de l’île de Gorée. Pour ceux qui ne connaissent pas, cette île à 20 minutes de bateau de Dakar fut convoitée pendant 300 ans par les grandes puissances négrières. La Hollande, le Portugal, l’Espagne, l’Angleterre et la France se sont battus pour l’acquérir, celle ci étant sur la route la plus courte pour le commerce triangulaire.

Après avoir été capturés et échangés contre des armes et du rhum les esclaves étaient enfermés sur cette île prison, avant le dernier voyage pour ne plus jamais revoir leur Afrique natale.

 

 

La maison des esclaves

 

L’ÎLE DE GORÉE ET LA MAISON DES ESCLAVES ICI

 

On peut visiter sur Gorée, la maison des esclaves où le conservateur vous fera un rappel historique des conditions de détentions et de

vie de ces quelques 12 millions de noirs déportés pour satisfaire les besoins de l’Europe et de ses grands propriétaires.

L’émotion est immense et je peux vous affirmer qu’un frisson m’a parcouru quand j’ai regardé ce couloir sombre au bout duquel on voit la mer et par où sont passés des milliers de pauvres gens pour monter dans les chaloupes avant d’être chargés comme des animaux sur les vaisseaux de la honte ancrés au large.

Sonia étant Martiniquaise, la visite de ce lieu chargé d’une douloureuse histoire, l’a encore une fois bouleversée (elle l’avait déjà

Monument commémoratif offert par les Antilles Françaises

visité il y a quelques années).

Tous les ancêtres, des Antillais, Haïtiens, noirs Américains sont passés par ces comptoirs du commerce triangulaire. Il ne faut surtout pas l’oublier et tout faire pour que cela ne se reproduise jamais.

En revenant sur le continent nous avons fait quelques courses de fruits et légumes et visité un peu le centre ville, pour retrouver Charly à la tombée de la nuit vers 19h30.

 


Mercredi 06 février 2013

Nous sommes un peu contrarié, car nous ne plaisons pas où nous sommes installés et je n’ai toujours pas trouvé l’adresse du CVD que Alain et Raymond m’avaient recommandé.

Qu’à cela ne tienne, vers 11h30 nous partons chercher du poisson, à l’entrée de « La voile d’or », car nous avons repéré une poissonnerie.

Mais quelle déception en arrivant !!! Ils font du poisson mais congelé.

On n’est pas au Sénégal pour manger du « Captain Igloo ». Donc nous partons à la rencontre de pécheurs qui accosteraient sur une plage à 1 km de là.

Il est midi et il fait très chaud. En longeant la plage on tombe sur un club privé d’équitation, où les chevaux sont magnifiques et plus loin un marchand ambulant nous indique la plage des pécheurs en précisant que c’est juste après « le cercle ».

L’entrainement des lutteurs Sénégalais sur la plage

« Le cercle » mais c’est le fameux CVD que l’on cherche depuis 2 jours ; un quart d’heure après enfin nous y sommes.

Même si la plage par laquelle nous y accédons est très sale, nous y avons même filmé un groupe de vautours ; le cercle est un endroit charmant où il règne une atmosphère très très cool.

Nous y rencontrons Laurent et Gégé 2 marins qui vivent ici sur leur bateau, et qui donnent un coup de main au bar et aux petites taches dans le club qui fonctionne en association.

Il y a un secrétariat où Anta nous a expliqué le fonctionnement et les tarifs. Ils pourront également garder Charly le temps de notre retour à Paris fin février.

L’endroit est fréquenté par des marins et des voileux qui font escale à Dakar et par des routards qui traversent l’Afrique.

On dispose de douches, d’une cuisine, de barbeuk, de l’électricité, il y a même 2 mécanos pour la réparation de moteurs de bateaux, ils pourront aussi vérifier Charly.

Les consommations au bar ne sont pas chères, et pour les repas nous avons déjà fait la connaissance de Aïda qui tient une gargote en face du cercle et où l’on a mangé un « Ti bou dien » à 600 Francs CFA soit même pas 1 €.

Je peux vous dire que c’était fameux et que vous découvrirez bientôt les recettes Sénégalaises de Aïda sur le site.

Pour finir, le récit de cette journée très sympa, nous avons pris également des contacts, pour nos activités dans le développement durable dont un prof que nous allons revoir à l’université d’Evry à notre retour, et répondu présent à l’invitation de Laurent et Gégé qui font une sortie en mer dimanche.

 


Jeudi 07 février 20213

Photo de famille

Rien de spécial pour nous, nettoyage et entretien de Charly (fuite d’eau sous le lavabo), et plage puisque elle est à 20 m autant en profiter d’autant que nous y avons la compagnie d’une grue couronnée somptueuse que vous pouvez voir sur les photos.

À 18h nous avons rdv avec un groupe de lutteurs qui s’entrainent sur la plage, un mastodonte du nom de Manby combat le 17 fév au stade Demba Diop et nous iront le supporter. La lutte est le sport numéro un après le football.

 

La star du groupe

 

LES LUTTEURS S’ENTRAINENT À LA PLAGE EN GÉNÉRAL PHOTOS ICI

Je vous laisse il est 14 h et on part faire la sieste sur le sable.

Bisous à tous et merci de votre fidélité, aujourd’hui nous sommes à 293 visiteurs, qui ont effectué 1000 visites et 47 membres News-roads.

 

Merci encore, A+

 


Samedi 09 février 2013

 

Hello nous vous avions laissé à la « Voile d’or », nous voilà rendu au CVD, le cercle de voile de Dakar. Nous y avons posé Charly depuis

hier 15h, puis nous nous sommes installé tranquillement et aujourd’hui nous avons pris nos marques.

En fait c’est une vraie communauté mixte de sédentaires Européens et Sénégalais, de routards et marins qui séjournent ici plus ou

Sortie en mer

moins longtemps.

On peut y poser son véhicule (mais il n’y a que 3 places), sa tente, ou louer une piaule ou un studio. Les prix sont sans conteste les plus bas de Dakar qui a l’image du pays tout entier est devenu très cher.

Si l’on compare au Maroc, il n’y a pas photo. Que ce soit pour l’hébergement ou l’alimentaire, sans parler de la qualité des infrastructures et de la prestation, Le royaume Marocain est vraiment beaucoup plus intéressant et agréable.

Même si nous avions été choqué par les décharges et détritus au Maroc, c’est sans comparaison au Sénégal. Pas une plage ou un quartier n’est souillé et la pollution est partout.

Par où va t il falloir commencé pour améliorer les choses ? On se le demande, tellement l’ampleur de ce fléau est immense.

Le manque de structures éducatives (l’analphabétisme est important ici) et sanitaires ne va pas aider la population qui semble dans un état végétatif moyenâgeux.

Terre Terre

Le poids de la religion n’aide pas non plus et comme toujours les restrictions et interdits – je me répète peut-être – entrainent violence et excès.

Ce n’est pas demain qu’ils verront le bout du tunnel.

Dans ce marasme, certaines personnes « valent le coût » (passez moi l’expression), mais comment feront t elle pour tenir et ne pas craquer ?

Nous avons rencontré Mathieu, le jardinier de la »Voile d’or », un chrétien de la Casamance, qui se bat depuis des années pour vivre et maintenant survivre en élevant des poulets et des porcs (la demande est forte pour les hôtels) dans ce pays musulman.

La jalousie des uns et la bêtise des autres lui ont fait perdre 2 fois ses élevages, mais à force de volonté et de courage il tient et est décidé à continuer. Nous allons voir comment nous pouvons l’aider, c’est un personnage haut en couleur au verbe très enjoué, avec qui nous avons passé de long moment et qui mérite notre soutien.

Pour revenir sur notre lieu de villégiature, hier soir nous avons fait l’apéro au bar du CVD, avec Laurent et Gégé que nous avions connus 2 jours au paravent. Ils nous ont présenté pas mal de gens dont les personnes qui doivent sortir en mer avec nous demain, si le temps permet car aujourd’hui il fait gris et il y a du vent. On verra bien !!!

Nous avons donc bu du Ti-punch avec du rhum Capverdien, puis nous nous sommes retirés dans Charly car le bar semble une véritable embuscade tous les jours. Donc attention pour la suite !!!

Aujourd’hui, ma doudou est allée faire un jogging (il y a pas mal de temps qu’elle n’avait pas couru…), et nous avons acheté un Capitaine (c’est un poisson tropical pour les non initiés) à Iba, un pécheur que nous a présenté Gégé hier soir.

La bête faisait plus d’un kilo et nous l’avons payé 2500 Franc CFA (soit 4 €) et on se l’est fait grillé avec l’intention d’en garder pour ce soir mais on n’a pas résisté et !!! On a tout mangé.

Ce soir se sera salade.

Elle n’a même pas été malade

Je voulais voir le match de rugby France – Galles mais la seule chaine qu’ils n’ont pas c’est France 2 et le restaurant l’Escale à côté (tenu par un gersois fan de rugby) est fermé.

Je suis donc condamné à l’écouter sur le net mais ça passe mal.

La photographe de service vous trie les dernières photos que vous aurez demain, pour l’heure on vous embrasse à tous et à bientôt.

 


Mardi 12 février 2013

LA JOURNÉE EN MER ICI

 

Dimanche nous nous sommes levés tôt, enfin tôt 8h30 … Et tout le monde s’est préparé tranquillement vers 10h30 pour une journée

de voile avec les adhérents du cercle.

Nous étions sur un OVNI 18 de 9 m, en alu, intérieur bois d’origine, à sept nous avons passé une journée de rêve, ni trop de vent, ni trop de soleil, ni trop de vagues.

Sonia a tenu le coup pour sa première sortie en voilier dans la baie sud de Dakar.

Elle a eu un mauvais moment pendant une heure juste après être descendue dans la cabine pour chercher le pain que nous avions acheté pour les sandwichs.

9a sent bon !!!

En une minute, tout à basculer, elle est réapparue, presque blanche (Hi ! Hi ! Hi !), en se tenant son bidon (où elle avait pourtant coller sur le nombril un sparadrap avec des petits dessins pour les gosses, visiblement sans effet !!!), sa tête partait dans tous les sens et ça tournait pour elle. Mais elle a résisté, elle a même mangé, et l’œuf dur est mal passé ;;;

Elle tient toujours et finit par être impressionnée et apprécie le moment qu’elle vit, même quand elle se trouve au « deuxième étage » sur le bateau, c’est à dire presque debout à 90 °, ça le fait grave quand même !!!…

Ce fût une journée extraordinaire, que nous avons terminée par un petit concert sympa, pendant l’apéro, et un ragout de bœuf.

Même si la soirée était simple mais sympa, en nous couchant vers 23h complètement HS, on a trouvé le temps de se refaire la journée en tirant un coup de chapeau au capitaine du jour qui a su gérer 6 personnes avec beaucoup de facilité de complicité, de générosité et de pédagogie, ce qui a rendu la sortie en mer d’autant plus agréable.

Lundi encore émerveillé, des émotions de la veille, j’ai démonté le frigo pour le nettoyer et le vérifier car il ne fonctionne plus avec le gaz depuis l’arrivée au Sénégal.

Il n’a pas supporté le sable. Mais sa fonctionne avec le jus.

Par contre la batterie de la cellule, est naze.

Mal attachée, pendant le parcours elle a tapé plusieurs fois le capot et le frigo l’a vidée. Donc il faut la changer, mais le mécano du

A l’Espagnole avec de l’ail et du vinaigre

cercle, Akhouna m’a déjà trouvé une batterie.

Hier nous sommes allé dans l’après midi à la gare routière pour trouver un bus jusqu’à Bandia la réserve où se trouve le couple Bertrand et Inka pour ses études.

Après quelques palabres nous avons trouvé mais il semblerait, que les amis viennent ici 2 jours et nous emmèneraient au retour pour nous faire visiter la réserve.

Donc on verra ça ce soir. Pour terminer la journée d’hier nous avions gambas marinées

A la poile et grillées, riz et salade, avec 2 figures du cercle.

Baroudeurs, adorables

On se régale

Aujourd’hui entretien camion, finir frigo, linge.

Sonia a mal dormi, elle a fait une allergie et une irruption de bouton sur le corps dans la nuit, qui l’a faite flipper.

Mise à jour du site textes et photos ; on va voir pour du poisson après et  on attend Bertrand et Inka ce soir.

On attend vos visites aussi sur le site et vos réactions sur le forum.

Vous êtes de plus en plus nombreux

Merci et énormes bisous.

Nous sommes choqués tous les jours en découvrant la poubelle à ciel ouvert qu’est ce pays. La baie est polluée et les plages des décharges; Il parait que le nord est plus propre ce qui est sûr sur l’île de N’gor qui doit être prise en exemple.

L’équipage

 


Vendredi 15 février 2013

Ma doudou

Depuis Mardi nous allons chercher le poisson le soir à l’arrivée des pêcheurs sur la plage on s’est donc fait des rougets grillées succulents, du poulpe, et un poisson trompette, que l’on croyait plein d’arrêtes, mais qui n’en a pas une, à part une grosse colonne centrale.

Tous les jours on découvre une nouvelle facette de Dakar et nous essayons de le faire avec Bertrand et Linka qui nous ont rejoints mardi dans la nuit.

Ils ont réglé leur problème de visa retour pour la Mauritanie, et nous nous sommes baladés avec eux ; hier, c’était le mol 3, une des pointes de Dakar après le port.

Il y avait une jetée autrefois où l’on pouvait amarrer des bateaux. Elle avançait à mi-parcours jusqu’à Gorée et le long a été construit une canalisation qui alimente l’île en eau.

Nous y avons rencontré plusieurs pêcheurs et partagé avec tous un petit moment, certains nous ont même fait gouté le poisson trompette qu’ils avaient grillé, on a découvert à ce moment là qu’en fait c’était fameux et sans arrête.

Un autre Guinéen d’origine nous a raconté son enfance et la construction de la digue. Un autre, escrimeur chose rare ici, nous montrait comment nettoyer le dit poisson trompette, des échanges conviviaux et simples.

Puis on a retrouvé « les gamins » pour se boire une big bière et se fumer un narguilé au miel.

Avant de filer au marché au poisson avec un taxi, un point « véreux», archétype de celui qu’on peut rencontrer ici. Menteur, malhonnête, vendeur de tout et acheteur de rien.

Mais on les voit arrivé avec leurs gros sabots !!!

Bertrand

Linka

Votre serviteur

Ma doudou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La veille j’avais préparé du poulpe comme on me l’avait montré en Guadeloupe, et l’on a passé 2 jours tranquilles mais nous travaillons tous les jours sur les applications du méthane et le développement des bio digesteurs à Bandia dans la réserve.

Linka fera des recherches sur les vertus des déjections animales et on a le choix en Afrique, et l’assos de Bertrand, « L’élaboratoire » va se charger de créer différents kits de bio-disgesteurs que l’on pourra proposer selon les situations.

Encore des projets et des initiatives en perspective c’est des objectifs atteints pour Newsroads et donc on ne fait pas ça juste pour se faire plaisir mais les choses prennent forme doucement.

Aujourd’hui une ballade, ma doudou se croit chez elle partout dans le cercle, elle se sent super bien.

Arrivée du poisson sur la plage

Moi j’écris pour vous pendant que Bertrand répare sa moto et Linka prépare sa présentation à l’université de sciences de Dakar de demain et malheureusement ils manqueront sûrement la sortie organisée par les voileux, à laquelle on doit participer à nouveau.

Dans 8 jours nous serons à Paris afin de régler toutes les affaires courantes, et ce pour au moins un mois et demi.

Pour l’instant on fait le plein d’infos sur le Sénégal et tout ça sera en ligne en Mars quand j’aurais bossé à la maison.

Au fait on a trouvé la solution à nos problèmes d’assiettes. La porcelaine c’est lourd et sa casse, le plastic dur se fend, le carton c’est pas bon, le plastic mou c’est nul donc un artisan local qui travaille le bois nous a  confectionné des assiettes en cèdre carrées et rectangulaires très sympa dès qu’on les a, on vous les montre. L’artiste s’appelle Amadou Sow et son échoppe est à 200 m du CVD.

 


Jeudi 21 février 2013

Les singes verts de Bandia

Désolé mais il n’était pas possible de vous donner des nouvelles avant n’ayant aucune connexion jusqu’à hier soir à notre retour de la réserve de Bandia.

Nous vous avions laissé à la veille d’une sortie en mer qui finalement n’a pas eu lieu, la « dingue » m’ayant rendu inapte. Pendant 4 jours j’ai eu des frisons et des accès de fièvre la nuit et le jour vous êtes tout mou avec des courbatures partout.

Cela étant samedi nous n’avons rien fait de spécial, à part le soir au repas, cigales de mer salade, et un concert de reggae assez naze.

Nous étions surtout dans la préparation du séjour dans la réserve.

Le dimanche, Bertrand a préparé des « capuccinos »dont il a le secret et on a pris la route avec son poids lourd à 7h.

Le trajet se passe bien et Bertrand nous montre qu’il maitrise super bien son monstre. Linka est à l’heure pour commencer sa journée de travail.

Nous avons sacrifié la sortie à la lutte contre ce séjour car il n’aurait pas pu se faire autrement.

Mais nous retournerons voir un combat c’est promis.

Sans trucage

Bertrand nous a servi de guide pendant trois jours, nous avons commencé par nous familiariser avec les lieux et les gens sur place.

En partant hier Sonia connaissez tous les guides et l’équipe du restaurant, tellement elle se sentait bien et dans son élément.

C’est fabuleux de rester dans la savane Africaine au milieu des animaux.

Nous avons dormi 3 nuits sous notre petite tente « Qéchua », on se serait cru en colonies de vacances.

Bandia est une réserve Africaine à 60 km de Dakar et 15 km de Saly (lieu touristique du Sénégal).

On peut la visiter tous les jours en louant un 4X4 avec chauffeur et guide pour douze personnes 45000 FCFA soit 70 €, vous pouvez le faire également avec votre véhicule mais il faudra un guide à 5000 FCFA.

Devant les girafes ce coup ci

(Voir les tarifs détaillés sur le site www.reservedebandia.com)

Et sur 3500 hectares de brousse vous croisez des animaux exceptionnels dans leur milieu naturel.

Pas de fauves mais des espèces d’antilopes géantes de plus d’une tonne, des élands du cap ou des éland derby en voie d’extinction.

Des oryx, des koudous, des kobas, des buffles, des zèbres, des girafes, des autruches, des phacochères et même un couple de rhinocéros, de 3 tonnes chacun que l’on a pu approcher à 10 m.

C’était assez impressionnant mais Pape notre guide a su nous faire vivre des moments rares en nous racontant la brousse, sa brousse et ses secrets sur les habitudes des animaux, et les croyances des cultures animistes des différentes ethnies de la région.

Autour du restaurant panoramique de la réserve, un petit lac abrite des dizaines de crocodiles paraissant inoffensifs mais ne vous y fiez pas car si vous assistez au repas, une bataille sauvage fait rage.

Les tortues géantes centenaires veillent à l’entrée du parc et les ouistitis verts se baladent comme ils veulent.

C’est un vrai sanctuaire pour les animaux et vous ne pouvez pas vous imaginer le bonheur d’y passer quelques jours.

LES ANIMAUX DE LA RÉSERVE ICI

Les lever et coucher de soleil y sont magnifiques, les bruits des oiseaux et des animaux en général (même la nuit !!!) sont

Reportage

envoutants.

Nous avons également mis à profit ces trois pour faire des initiatives et actions sur la réserve elle même.

On a commencé par des tests sur différents excréments des animaux. On en a élus 6 par grandes familles

  • buffles
  • zèbres
  • rhinocéros
  • girafes
  • autruches
  • antilopes

On veut savoir quels sont ceux qui produisent le plus de méthane.

La recherche a été fructueuse grâce au Monsieur crottes du jour, j’ai nommé Bertrand. Des moments uniques là aussi.

Nous avons également rencontré, Christian Dering le patron de la réserve, et son équipe, à qui nous avons proposé, une étude sur la consommation énergétique de gaz et la création d’un bio digesteur de méthane sur son établissement.

Des équipements surdimensionnés, pas adaptés, et mal utilisés entrainent des dépenses énergétiques énormes que l’on peut réduire.

Mr Crottes d’un jour

Et pratiquement annuler en produisant son propre gaz.

Donc depuis je travaille sur le sujet.

Sonia s’est une fois de plus lâchée sur les photos, vous pensez nous étions pratiquement dans l’arche de Noé.

Mais malheureusement, comme nous en avons été témoins il est quelques fois obligatoire d’abattre des bêtes blessées ou handicapées. Mais après avis vétérinaire elles sont distribuées pour la viande au restaurant au personnel et le taxidermiste de la réserve, Camara récupère les peaux et les crânes pour en faire des trophées magnifiques.

Pendant le séjour nous avons également passé une après midi sur la lagune de la Somone à côté de Saly. Un endroit magique, vous pouvez également y parcourir la mangrove sur des pirogues.

Nous nous sommes posés au Paradise Rasta bar pour observer les oiseaux et les pécheurs au filet dont l’un est devenu pot avec Sonia, celle-ci lui triant ses poissons à chaque retour gagnant. Quelle équipe ….

Nous sommes retournés également sur Saly en fin d’après midi de mardi pour faire quelques courses et constaté que la baie n’est pas toujours limpide, et que 80 % des constructions sont des villages vacances ou des condominiums de villas sécurisées.

L’endroit n’est pas pour autant trop dénaturé.

Au Sénégal, les conditions climatiques et le manque d’entretien font que tout vieillit très mal. Que ceux soient le matériel ou les

Camara le taxidermiste de la réserve

constructions.

 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article

  • ou trouver une societe en guadeloupe qui répare les tuyaux d arrivées d eaux de karcher
  • xx Sénégal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge