Dakhla

Tour du monde Extrême sud du Maroc More »

Tour du monde la route du Grand Sud

La traversée du désert et les galères de la route More »

Tour du monde La Liberté

Sud du Maroc entre Merzougha et Zagora More »

New York U S A

Partir à new York avec les conseils de News-roads More »

 

Category Archives: Développement durable

La pluie solide

Share Button

La PLUIE SOLIDE

 

La pluie solideAu quotidien, ou en agriculture, l’eau et sa gestion reste un énorme problème pour les particuliers ou les professionnels.

Les effets combinés du réchauffement climatique, des évolutions naturelles, et de la main de l’homme appauvrissent les sols, les terres cultivables se réduisent alors que la population mondiale augmente régulièrement.

Nourrir l’humanité va devenir un casse tête et des régions entières souffriront de famines et de manque d’eau.

–       News-roads et ses partenaires :

  • Silos de Agua (Mexique), l’Ingénieur Sergio Rico, inventeur Mexicain
  • ANET International Group (France)

Vous donnent la possibilité de voir l’avenir autrement et de prendre un nouveau chemin avec « La pluie solide »

Sergio Rico a inventé la « LLUVIA SOLIDA » ou encore la pluie solide en s’inspirant des couches culotes.

Il a ainsi créé un polyacrylate, absorbant, mais pas à base de sodium comme chez tous les fabricants qui on essayé de le copier depuis, mais à base de potassium.

Celui ci se comporte mieux en milieu argileux, et ses propriétés principales sont plus importantes.

 Il a de plus donné le pouvoir à sa molécule de restituer l’eau aux plantes.

Plus d’informations contactez nous.

Pour toute commande contactez nous ou cliquez sur les bannières la pluie solide du site

Cliquez sur la photo pour voir la vidéo de nos tests sur un Spathiphyllum

 

 

Tests pluie solide

Nous avons également effectué des test au Sénégal sur des pépinières dans un village du nord voir la page.

Résumons :

 

La pluie solide est un rétenteur d’eau qui se présente sous forme de granulés. Il permet de stocker l’eau.

Les paillettes absorbent jusqu’à 300 fois leurs poids dès que vous les mouillez.

Une réserve d’eau qui peut être permanente dans certaines zones, facilitant la gestion hydrique et économisant des millions de litres d’eau.

Gonflées d’eau, les paillettes d’eau solide ont une deuxième qualité fondamentale que leurs a attribué notre inventeur à partir de ses recherches, elle peut restituer quasiment son poids absorbé aux plantes et aux racines.

Avec ce produit les cultures boivent et s’épanouissent sans stress hydrique pendant plusieurs semaines.

Fabuleuse avancée.

Avec la pluie solide les végétaux croissent à leur vrai rythme et se développent beaucoup plus et mieux.

Les tests et essais effectués depuis dix ans nous donnent du recul, au Mexique, en Inde et en Bolivie. Les résultats et rendements obtenus sont fabuleux et des parcelles entières revivent après avoir connu la sécheresse intense.

Présentation la pluie solide 2014 PDF

 

Sergio Rico présente son produit (vidéo en Espagnol mais on comprend simplement en regardant)

Depuis, la société Silos de agua et l’ingénieur inventeur développent leur produit, ont reçu l’agrément de nombreux ministères à travers le monde notamment aux États Unis et en France.

En 2012 Mr Ing Sergio Rico a reçu le grand prix de l’eau de Stockholm et est à nouveau nominé en 2014.

 

En optant pour l’utilisation de ce support on se donne les moyens de viser l’auto suffisance.

Nous pouvons avec nos partenaires assurent l’étude et la pédagogie des programmes futurs.

La pluie solide favorise et revitalise les sols.

La terre mieux oxygénée, en restituant l’eau, le support perd son volume, les alvéoles créées permettent alors la circulation de l’air et des micro-organismes.

La biodiversité retrouve petit à petit sa place.

Les propriétés de la « Pluie solide» sont phénoménales et sans aucun danger.

La durée de vie du produit est fonction du PH et du taux de salinité des sols.

Mais on l’estime entre 5 et 7 ans.

Au Mexique le rendement à l’hectare est passé de 3,5 t à 6 t à l’hectare sur du maïs.

C’est donc un investissement à moyen terme très rentable. Le retour sur investissement est rapide et n’est pas seulement économique mais aussi moral et social.

En fin de vie, elle se dégrade en CO2 et azote.

L’énergie

Share Button

L’énergie

 


Une invention qui va révolutionner le monde et l’avenir des peuples.


 

L’effet Dumas vous connaissez ?

 

Si j’étais croyant et catholique je crois que j’aurais proposé au Vatican de canoniser Jean-Christophe Dumas plutôt que Jean Paul II qui a fait des miracles que moi même j’aurais pu faire.


Trève de plaisanterie.

Grâce à Jean-Christophe Dumas même les peuples  les plus pauvres vont accéder à l’indépendance énergétique.

A partir de l’effet Casimir (physicien) qu’il a exploré, ce chercheur a développé et conçu ce que l’on appelle l’effet Dumas.

Passionné de physique ce Grand Monsieur a mis au point 


LE RÉACTEUR À RÉSONANCE


Non content d’avoir inventé cet engin incroyable il a mis tous les plans de montage a disposition de la planète.

MERCI MR DUMAS


 

ÇA CONSISTE EN QUOI :

Son module produit plus d’énergie qu’il n’en consomme et permettra de générer chaleur, vapeur, pourra par exemple dessaler l’eau de mer à un coût dérisoire et founira de l’eau potable à des peuples qui n’y ont pas accès pour l’instant.

Au départ, 3 demi-sphères, 2 sont soudées entre elles, la 3 eme est percée, une tige filletée, de l’isolant, quelques rondelles, une connexion électrique, plongez le tout dans l’eau et le tour est joué.

Simple et efficace.


Difficultés :

– il faut être précis dans le montage 

– avoir quelques connaissances électriques.


Alors Messieurs les bricoleurs au boulot.

Le site de JC DUMAS

Sa page Facebook

Télécharger le PDF de La notice de montage

Fonctionnement du

réacteur à résonance

Comprendre le processus de méthanisation


REGARDEZ LA VIDÉO



Mercredi 15 janvier 2014


Voila bientôt 4 ans a été lancé au Sénégal un programme de développement du bio gaz domestique.

Extraits du JO du Sénégal

J.O. N° 6519 du Samedi 3 avril 2010(texte intégral ICI)

ARRETE MINISTERIEL n° 12100 en date du 30 décembre 2009 portant création, organisation et fonctionnement du Programme National de Biogaz domestique du Sénégal (PNB-SN).

Le siège du programme est basé à la Direction des Hydrocarbures et des Combustibles Domestiques (DHCD) – 104, Rue Carnot à Dakar.

Art. 2. – Objectifs du programme.

Le programme a pour objectif de créer un marché durable de biogaz au profit des ménages sénégalais. Plus spécifiquement, ce programme entend :

-  installer au moins 8000 biodigesteurs dans la zone pilote qui couvre le Bassin Arachidier et la zone péri-urbaine de Dakar, sur la période 2009- 2013.

Art. 3. – Le Bureau National de Coordination.

Art. 4. – Le Comité National de Pilotage.

Le coût total du programme est donc estimé à un montant de 8.193.516.978 francs CFA.


Soit plus de 14 millions d’euros

Où est passé c’est argent ?


Nous avons passé 8 mois à silloner ce pays sans voir de bio digesteur en service chez des particuliers ou dans les villages ou entreprises que nous avons visités.

La ville de Podor au bord du fleuve Sénégal (Nord-Est) est équipée de 2 stations financées par le Luxembourg, mais aucune n’est en fonction.


Nous avons démontré cet été à Dakar qu’avec du matériel recyclé nous pouvions alimenté en gaz une famille

pour un coup de 60000 francs cfa soit à peu près 100 €


Les peuples meurent et les élites s’en foutent et se remplissent les poches. 


AVEC LA MOITIÉ DE CETTE SOMME NOUS POURRIONS ALIMENTER EN ÉNERGIE

PLUS DE 500000 FAMILLES


Alors Messieurs les politiques un peu de dignité agissez, rendez l’argent que vous avez volé et restiuez le à qui de droit.


Vendredi 10 janvier 2014

 


Comment voyez vous le futur ?

Une vidéo animée qui nous permet de comprendre un peu plus le fonctionnement de l’économie et les risques vers lesquels nous courrons. Une étude factuelle sur la situation et une vision du futur qui va vous faire réfléchir sur la nécessité de changer nos comportements.


 

Lundi  09 septembre 2013


Dakar

Nous avons mis en route 2 bios digesteurs de fabrication artisanale le 10 juillet au CVD (cercle de voile de Dakar).

 

Nous avons mis au point ces 2 prototypes différents avec Cheikh Gueye un inventeur Sénégalais et Bobo un soudeur dynamique qui a son atelier à côté du CVD.

 

Un très basique et un plus élaboré avec un deuxième baril renversé pour servir de réserve et de compresseur.

 

Tout a été réaliser avec de la récup sauf les brûleurs mais on a du modifier le gicleur le trou de sortie étant trop petit.



 

Après des tâtonnements sur la méthode d’alimentation, puis des problèmes d’étanchéités, nous avons réussi à les rendre étanches.

Tous ces problèmes nous ont permis de faire évoluer le concept et le prochain bio digesteur sera plus fiable.

Les modifs principales concerneront les deux tubes (alimentation et sortie de matière) qui devront être en fer et soudés ce qui règlera tout problème d’étanchéité.

Leur diamètre sera modifié, de même que leur point d’entrée.

La méthode d’alimentation au départ sera modifiée.

En effet nous remplirons les prochains digesteurs tout de suite de matière sèche que nous couvrirons d’eau. Puis on fermera trente jours avant de tester notre production et de réalimenter avec de la matière qui devra ressembler à de la boue gluante, pour que la décomposition se fasse plus rapidement.

90 % de la matière sèche que nous avons utilisée est du fumier de cheval, le reste des feuilles et déchets de cuisine.

Il y a 15 jour nous avons validé la première production de gaz, puis il y a 10 jours nous avons remarqué que le processus s’accélérait, avec la vidéo tournée la nuit et la grosse flamme.

Hier, nous avons fait les tests avec un brûleur, celui ci fonctionnait mais en journée il est très difficile de voir la flamme. Donc hier soir en présence d’employés du CVD, nous avons réussi à maintenir un brûleur allumé pendant 31 minutes et 22 secondes précisément après avoir perdu du produit dans les essais de branchements.

Tout cela est très encourageant et nous a amené aujourd’hui à installer une chambre à air de camion à la sortie gaz du bio digesteur qui servira de réserve.

 Je vous avoue que le résultat m’a surpris, je ne m’attendais pas à autant.

On continue pour évaluer la production sur plusieurs jour.

À bientôt pour une omelette et le café.


Ç’EST BON ON A FAIT DU GAZ

REGARDEZ 



Le biogaz par méthanisation

ON AGIT AU SÉNÉGAL VOIR LA VIDÉO



 

 

Depuis le tournage de la vidéo, nous avons eu quelques soucis, nous avons du refaire l’étanchéité du tube d’entrée que nous changerons de position sur le prochain prototype.

Tout a été refait il y a une semaine, et sommes obligés de patienter pour voir la première flamme.

Les tests d’hier n’ayant pas été concluants mais on doit y arriver

RDV dans quelques jours

Dans de nombreux pays il est possible de produire de l’énergie avec des moyens et des techniques simples et basiques.

La méthanisation et la production de biogaz peut apporter un progrés social, économique, sanitaire, et écologique à de nombreux humains à travers la planète.

Le principe est simple a mettre en place même si la transformation de déchets en gaz utilisable est un processus compliqué mais naturel.

Avec :

– deux bidons

– deux chambres à air

– des tuyaux

– une bouteille de 5 litres

– un brûleur ou bec bunsen

– raccoords, silicones et colliers

 


On peut cuisiner

Regardez la vidéo


 


Le projet d’Agence Newsroads

pour le développement durable en PDF


Fini les corvées de bois qui durent des heures ou le charbon trop cher.

Fini les arbres coupés.

Fini les fumées toxiques dans les habitations.

En plus on récupère de l’engrais naturel pour les cultures

Tous les déchets organiques, les excrêments humains ou animaux peuvent être recyclés, on participe ainsi au progrès sanitaire.

 

Sur ces bases nous avons lancé deux initiatives.


 

Fabrication d’un bio digesteur consultation et téléchargement :

Méthode 1

Méthode 2

Guidakhar :

 

Après la visite du village et la rencontre des habitants et de la hièrarchie établie (voir la page tour du monde Février au Sénégal), les plus graves problèmes surtout chez les enfants sont sanitaires, dermathoses et diarhées chroniques. dues à la mauvaise qualité de l’eau.

On a lancé l’idée de produire du gaz avec la fosse sceptique de l’école et faire chauffer de l’eau, de manière à obtenir de l’eau plus propre et de l’eau chaude.

Le plus dur est de prouver aux gens du village que çà marche.

Nous avons lancé des tests avec 4 jeunes du villages motivés et le projet a séduit le chef du village.

Bandia :

Lors d’une visite nous avons proposé à la direction de la réserve de méthaniser leurs déchets humains et peut-être animaux.

Là encore nous avons lancé des tests et procédé à une étude sur leur consommation de gaz qui semble énorme.

Des économies peuvent être réalisées rapidement par de simples changements de procédures.

Au mois d’avril nous reviendrons à Bandia pour lancer le projet.

Aidez nous et participez à notre démarche contactez-nous.

Le biogaz, on en parlé déjà dans les années 70

 

Le nucléaire était la stratégie.

Si l’on utilisait tous les déchets pour faire du biogaz quel bonheur pour la planète et quelles économies

Pourquoi n’a t on jamais développé cette technique messieurs les politiques? Les lobbys de l’énergie sont puissants et généreux !!!

 


Les boutiques Newsroads

 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article

  • biogaz domestique
  • FABRICATION DU BIOGAZ QUI ET FACILE A FABRIQUER ET LE MATERIEL MOI CHEIR A REUINI
  • recette senegalaise

Les déchets

Share Button

Les déchets


Je tenais à ouvrir le débat et mettre le sujet sur le tapis.


 

Car depuis que nous sommes au Maroc c’est vraiment la chose la plus négative qui nous révolte.

Nous avions déjà constaté dans les endroits où nous étions allés qu’il y avait un gros problème à ce niveau. Mais les grosses villes comme Marrakech, produisent des tonnes de déchets et malgré les efforts qui commencent à être fait sur l’environnement, le ramassage et le traitement des déchets, il faudra encore beaucoup de temps, d’éducation et de sensibilisation de la population pour arriver à une situation acceptable.

 

 

Mais quand on voit la campagne et la montagne souillées par des millions de sachets plastiques, on prend conscience de l’importance du « fléau plastique » et des méfaits de la société de consommation qui le produit.


 

Certaines agglomérations comme Saïdia et Fès on leurs services de nettoyage et ça marche.

Là encore il y a des solutions et les grands groupes et entreprises doivent prendre leurs responsabilités dans ce domaines aussi. De nombreuses actions sont à mener, nous avons des idées et vous en ferons part en attendant méditez sur le sujet ou parlez-en dans le forum.


 Nous avons rencontré 3 jeunes étudiants à Rabat

 

Manar – Abdelmounaim – Abdelali

Après 2 rdv nous avons décidé d’une première initiative:

L’IDÉE, avec de vieux pneus nous allons créer des poubelles design pour initier le tri des déchets sur les lieux publics en commençant par fac de Kénitra

Dans quelques jours les photos des premières poubelles

A bientôt

Pour l’instant nos étudiant ont été très pris par leurs exams depuis notre rencontre et nous avons quelques nouvelles sur le forum.

Ils ont quand même réussi à nouer des contacts avec une association.


 

Voilà ce que nous a écrit Abdelmounaim :

 

– « Nous avons déposé une demande d’adhésion à l’une des grandes associations Marocaines qui s’intéresse à la problématique des déchets solides qui s’appelle AMADES-Morocco, pour avoir de l’aide et aussi un parrain pour nos futures activités.

Nous travaillons maintenant sur le secteur informel et nous allons collaborer avec un jeune chercheur français qui fait une étude sur le dit sujet. Vous recevrez une copie du rapport une fois terminé (ça va demander un peu de temps ^_- pour faire un questionnaire aux chiffonniers…).

Nous essayons de participer aux conférences qui s’intéressent au sujet de déchet et nous allons effectivement assister à une le mois prochain à Rabat ».

Donc nos corresppondants sont toujours aussi motivés et je vous incite à les soutenir sur le forum du site ou en leur envoyant un message de soutien.

Lors de vos prochaines vacances à Rabat prenez contact avec eux ils sont membres :

Manar – Abdelmounaim

 

Le combat ne fait que commençait et la tâche sera longue et rude. 

 


 

D’autant que le problème est généralisé en Afrique, il faut absolument sensibiliser les populations, des solutions adaptées existent.

Mais il faut commencer par le début et éduquer la jeunesse.

Organiser le ramassge, le tri et le recyclage.

 

Plusieurs pays ont mis différentes techniques simples au point comme par exemple la confection de pavés pour les rues à partir de plastiques et de sable.

On trouve les 2 matériaux en grande quantité sur le continent.

Les plastiques sales servent de combustible et les plus propres pour les pavés.

 

Les avantages environnementaux, économiques et sociaux de la technique :

 

– nettoyage, dépollution, élimination du plastique.

– les rues deviennent carrossables, agréables et propres.

– en organisant la fillière elle peut être source de revenus pour nombre de personnes.

– faible coût de mise en place.

 

– Un four – des moules – la matière – des masques –

Exemple au Niger ICI

Le Mali, le Burkina, le Kenya ont testé.

 

Tout le monde doit adopter la technique voir le reportage de France 24 

 

CE QUI A ÉTÉ MIS EN PLACE À MOPTI AU MALI

 

 

Haut de page


Les boutiques Newsroads

Les tests avec la pluie solide

Share Button

Tests  pluie solide

 

Vendredi 11 Avril 2014


 MIEUX COMPRENDRE LA PLUIE SOLIDE

 

Une solution pour des enjeux planétaires

 


Vendredi 14 Mars 2014


Newsroads et Anet international développent l’eau solide

 

Voir l’article dans la presse et la vidéo suivante:

La société cannoise commercialise une technologie inventée au Mexique qui permet de stocker l’eau sous forme solide.journal n°732 – publié le 13/03/2014

La Pluie Solide® ? Ceci n’est pas un canular… Le produit est bel et bien distribué en France par Anet International, présidée par Christophe Lafuente, qui commercialise sur son site web une poudre miracle destinée aux plantes. Des granules qui peuvent absorber jusqu’à 500 fois leur poids en eau. «L’eau de pluie est stockée sous forme de gelée au niveau des racines de la plante. Elle est ensuite restituée au fur et à mesure de ses besoins. A chaque nouvelle pluie, la gelée se recharge en eau.» Magique !

Lire la suite …

 


Vendredi 7 Mars 2014

 


 

Une nouvelle solution simple et efficace pour résoudre les problèmes liés à l’eau.

L’eau potable manque cruellement sur la terre pour nombre de personnes

Ces gens consomment de l’eau impropre entrainant maladies graves et mortelles


LIRE L’ARTICLE ET REGARDEZ LA VIDÉO


Alors que des millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable, une solution intéressante est aujourd’hui disponible : la LifeStraw. Il s’agit d’une sorte de grosse paille qui permet de boire de l’eau impropre sans aucun risque pour la santé.

Lire la suite …


Nous envisageons de tester le produit dès notre retour au Sénégal

Sur une ou deux parcelles du village de GUIDAKHAR situé au nord du pays (voir la page tour du monde).

Cette région ne manque pas d’eau le fleuve Sénégal étant très proche mais la qualité de l’eau et la chaleur font que le sel contenu dans l’eau et le soleil brûlent la terre rapidement après arrosage.

Ils ont un système d’irrigation fonctionnel mais l’apport d’eau est trop fréquent et trop abondant.

En essayant le produit et en régulant l’arrosage nous allons voir si le produit peut faire évoluer à la fois la terre et le rendement faible des cultures.

Ils ont régulièrement entre 30 et 50 % de pertes à chaque récolte.

Nous allons voir également comment se comporte le produit dans une terre saturée en sel.

Je contacte aujourd’hui le Mexique pour me faire livrer du produit que l’on va également tester dans un autre type de sol chez Nicolas à Mboro (voir la page tour du monde).

Voilà pour les projets que nous avons sur l’utilisation du produit au Sénégal.

Si vous êtes solidaires et intéressés par ces initiatives, contactez-nous.

Merci de votre soutien

 


 

Juin 2013 Premiers essais au

 Sénégal

 

Comme prévu nous sommes dans le nord du Sénégal à Guidkhar pour tester les potentialités du produit.

 

Avec 5 agriculteurs que j’ai convaincu, nous avons décidé de faire des semis de navets, salades, et bissap (plante tropicale).

 

3 jours après avoir semé, nous avons constaté que le bissap est déjà sorti, le navet pointe son nez, par contre la salade a du mal.

Il faut dire que les conditions sont extrêmes, beaucoup de vent qui dessèche, le soleil qui brûle, température quotidienne de plus de 30 °.

 

Et une terre très pauvre en nutriments et chargée de sel. En effet ici on arrose avec l’eau du fleuve Sénégal dont la salinité est très élevée.

 

Tout cela ne facilite pas les choses. On a pu également constaté qu’un des semis plus à l’ombre que les 2 autres, restait plus humide que les 2 autres.

 

On a donc décidé de couvrir tous les plans avec des roseaux afin de les garder à l’ombre et de maintenir une certaine fraicheur.

 

Les résultats dans une semaine.

 


LE 4 AOÛT 2013 AVAIT LIEU LA JOURNÉE DE L’ARBRE

À FATICK 

Second Tests pluie solide à Fatick

Rdv à 8h30 aux Eaux et forêts, départ 9h30, derniers préparatifs et contrôles 10h30, 11h arrivée du président et là tout ce qu’ils avaient essayé de mettre en place se « barre en couilles ».

 

Maky Sall est descendu 200 m avant la tribune pour prendre un bain de foule à pied dans sa ville natale où il y a été maire également.

La foule envahit la route et la sécurité a toutes les peines du monde à avancer.

Puis il a planté son arbre avec le produit, avant d’aller s’asseoir à l’ombre en compagnie de toutes les pointures et je peux vous assurez qu’il y avait une très grande partie du gratin du pays.

Lire la suite page tour du monde ICI

Les boutiques Newsroads

L’Agriculture

Share Button

Agriculture et Développement durable

 


COMPATIBLE ?


Article de Michel Lachaume du 17 décembre 2013

Page Facebook 


De Michel Lachaume

LE MILDIOU ET LES DORYOHORES, MÊME COMBAT..peut-être…

 

Il y a plusieurs années, cela remonte à 2007, j’ai remarqué que les pommes de terre plus résistantes au mildiou étaient aussi moins affectées par les doryphores. En 2008, grose crise de mildiou et aussi invasion de doryphores, je constate que les deux résistances semblent communes.

 

En 2009, juste avant que je quitte pour l’Europe pour une série de conférences, CATASTROPHE: une nouvelle mutation du mildiou qui détruit toutes les récoltes de tomates et pommes de terre dans l’est américain, ou presque, frappe aussi en Ontario où je vis. J’ai environ 2 acres de pommes de terre et tomates ( 600 variétés de tomates, je n’ai bouffé qu’un seul fruit cette année là, c’était terrible, du jamais vu, une souche d’une virulence incroyable) 

 

Curieusement, j’avais déjà identifié des pommes de terre qui semblaient se foutre des doryphores, dont SARPO MIRA, TOLUCA et quelques souches issues des travaux de mon copain Tom Wagner. Quelques semaines avant de partir pour l’Europe, LA CRISE DE MILDIOU ARRIVE. 2 acres de pommes de terre, la majorité des plants uniques, numérotés,, du matériel de recherche variétale, et aussi plusieurs variétés patrimoniales FONDENT, totale déliquescence, une souche hyper virulente, mais qui s’est manifestée bien après les doryphores…et, surprise, les 5 nouveaux cultivars de recherche et les autres n’ont pas été touché par LES DORYPHORES non plus, alors qu’ils étaient une véritable infestation cette année là…je résume, mais il y a eu BEAUCOUP de réflexion sur les doryphores cette année là avant la grande crise de mildiou…

 

J’en ai parlé à Tom pendant qu’on étaient en France, on CONVENU DE CONTINUER À EXPLORER….il n’a pas de doryphore, ils ne se sont pas rendus dans l’état de Washington, merci pour les montagnes…il ne peut donc corroborer. C’est mon job dans l’équipe…

 

Mais le weekend dernier, j’ai rencontré un producteur bio génial, qui fait beaucoup de recherche, RICHARD FAVREAU. 

Il vit près de Rimouski, on me l’a présenté comme une encyclopédie vivante de l’agriculture . On avait raison, cela fait longtemps que je n’ai pas vu un agriculteur bio aussi allumé sur la science et la recherche.

 

Quand j’ai discuté du truc, il m’a dit: maintenant que tu en parles, il me semble clairement que mes PREVENTO ( un nouveau cultivar) n’a pas subit autant d’assaut des doryphores.

 

IL est primordial que nous poursuivions cette piste en agriculture bio.

Cela ne veut pas dire que la réponse est dans le même gène, mais parfois les gènes s’accompagnent, il y en a qui voyagent en équipe….

On se lance un défi?

 

Cela fait 6 ans que je vérifie cette hypothèse. elle semble tenir la route…

 


Des myrtilles impressionnantes ou des haricots qui ne souffrent pas

en période de sécheresse

 


 

 

La quasi totalité des sociétés qui ont existé sur terre depuis la nuit des temps n’ont pu se développer et survivre qu’avec l’agriculture .

 

Pour cela nous pensons là encore, que l’agriculture moderne doit s’inscrire dans le durable.

Qu’est ce à dire ?


 

 

 

Que l’économie agricole mondiale fait fausse route et que les lobbys de l’insdustrie chimique avec comme célèbre tête de pont « Monsanto », tristement célébre; ceux de l’agro-alimentaire n’ont que des objectifs de profit et de rentabilité, sans aucune prise en compte, humaine et environementale.

 

Ces organistions mondiales, ont mis en place un système rendant dépendant le monde agricole, puisque pour simplifier, ils veulent réduire le nombre de varitétés des semences de toutes les espèces, pour faciliter leur production et leur distribution.

Des pommes de terre de plus d’un mètre de haut

Le problème est que ces semences sont faibles et s’appauvrissent au fil du temps, ne pouvant pas se reproduire grâce à une polinisation libre.

Ce système emprisonne tous les producteurs et les rend complètement dépendant d’autant que pour maintenir les rendements et la production, ils sont obligés tout les ans d’augmenter les quantités de fertilisants, vendus par « Monsanto » et les autres biensûr.

Nous pensons que nous pouvons faire d’autres choix et développer des semences locales anciennes, à polinisation libre, qui se renforçant naturellement, qui se développeront d’autant mieux que l’on pourra les utiliser avec « l’eau solide » ou « Algueria ».

 

 

 

« Lluvia solida » étant un produit révolutionnaire, rétenseur d’eau que vous pouvez découvrir le dossier sur l’eau, et « Algueria » étant un fertilisant à base d’algues fermentées que notre ami Michel Lachaume présente sur sa page Facebook.

 

 

Une agriculture locale et durable, c’est donc moins d’engrais, c’est des produits adaptés, c’est moins de pollution, moins de transport, c’est des économies d’eau, et c’est aussi des emplois.

 


 

Nous avons fait des propositions

au gouvernement Sénégalais

Pour investir dans une agriculture durable.

Après l’enthousiasme de certaines personnes.

Quels choix seront faits ???

 

 


MAIS IL FAUT D’ABORD ARRÊTER DE MANGER DES FRAISES DU MAROC EN DÉCEMBRE OU DE FAIRE VENIR EN EUROPE DE L’AIL D’ARGENTINE OU DES RAISINS D’AFRIQUE DU SUD


 

 

 

 

L’avoine aussi réagit très bien avec ALGUERIA


Les boutiques Newsroads